La jupe, émancipatrice ou oppressive?

Il y a un petit moment déjà, j’avais écrit un long texte sur l’importance, pour moi, de porter des mini-jupes. Adorant ça, c’est avec ce genre de vêtements que je me trouve la plus jolie. Mais il n’est pas forcément celui vu d’un bon oeil aussi bien en entreprise que dans la rue. Au final, face à tous les emmerdements qu’il m’arrive de subir rien qu’en arborant une mini-jupe, c’est quasiment devenu un acte militant : une manière de me réapproprier mon corps et de montrer que j’emmerdais les gens, que je m’habillais pour moi, comme je veux, et que je n’avais pas à avoir peur car j’ai le droit de me vêtir comme bon me semble.

Read more

Dis-moi quel jean tu portes et je te dirai qui tu es

Je n’ai plus besoin de vous répéter mon amour inconditionnel pour la mode. Mais par contre, je crois qu’il faut que je m’épanche plus longuement pour cet amour quand je le couple à de la sociologie afin d’en comprendre tout son sens. C’est pour cela que ça fait un petit moment que je songeais à vous parler de cette étude génialissime ayant été produite par le célèbre universitaire John Fiske.

Read more

Histoire de l'élégance à l'américaine

En réalité, plus le temps passe et plus j’ai une fascination pour l’élégance à l’américaine. Alors bon hein, je vous entends hausser les sourcils : les ricains, élégants ? Eux qui passent souvent pour des beaufs trop bling bling qui aiment les signes extérieurs de richesse ultra vulgos ? Et bien oui. Oui, oui, oui. L’élégance à l’américaine existe. Le problème, c’est qu’elle a été oubliée. Ou plutôt, elle a disparu, elle s’est éclipsée du paysage, tout simplement parce que la société change, notre consommation aussi ainsi que nos valeurs. Seulement, depuis quelques temps, j’ai le sentiment que cette fascination pour l’élégance version US revient, qu’elle recommence peu à peu à sortir de son trou. Et ce pour une raison très simple : le retour du minimalisme.

Read more