NaNoWriMo 2019 : premières impressions

Pfiou ! J’ai finalement reporté la rédaction de cet article et je m’en excuse ! Mais me voilà enfin posée pour rédiger mes impressions sur ces quinze premiers jours à participer au NaNoWriMo. Pour celles et ceux ne connaissant pas le NaNoWriMo, cela constitue en un challenge mondial (où il n’y a rien à gagner, je précise) dont le but est d’écrire 50 000 mots durant tout le mois de novembre (ce qui équivaut grosso modo à une petite nouvelle de 175/200 pages). Si vous voulez en savoir plus, je vous partage ici la page Wikipedia ainsi que le site. Cela fait plusieurs années que je souhaite participer à ce challenge mais je n’ai jamais trouvé le temps et la motivation. Cette année, on m’a reparlé du challenge durant le mois d’Octobre et j’ai finalement décidé de me lancer (un peu sur un coup de tête).

Je précise que je termine l’écriture de cet article alors qu’il est quasiment 2 heures du matin. Malgré les relectures, il y a sûrement des coquilles… My bad !

Cela fait donc quinze jours (quatorze à l’heure où j’écris ces lignes mais chuuut, l’article sera publié le 15 du mois ;)) que j’y participe et j’avais envie d’en garder une trace. J’en parle déjà quasi quotidiennement en stories sur mon compte Instagram (et je mets tout à la une) mais vous êtes plusieurs à m’avoir dit que vous étiez vraiment intéressé.e.s par mon expérience sur ce challenge alors en voici un compte-rendu un peu plus détaillé ! Sachez à la base que je désirais écrire un CR par semaine mais j’ai vite réalisé que cela allait être laborieux : écrire pour le NaNoWriMo me prend déjà un certain temps quotidiennement, alors écrire un article par semaine (et qui demande de développer son propos et d’organiser ses idées) en plus, cela me semblait difficilement jouable ! Je me suis laissée prendre par le temps et j’ai décidé de couper la poire en deux en vous proposant un article à mi-parcours et à un prévu pour la fin du challenge. De mon côté, cela me laisse un peu plus de marge pour les rédiger et de votre côté, vous aurez plus à lire ;). Bref, on y va ?

Pour cet article, j’ai choisi de vous faire un retour sur ces deux premières semaines dont mon bilan est mitigé dans le sens où je suis satisfaite de mon avancée quotidienne… mais pourtant je suis bien loin d’atteindre l’objectif final et j’ai même un sacré retard. Mais j’ai décidé que ce post serait un excellent moyen de dresser quelques premières observations sur la manière dont je gère ce challenge car même si les raisons de ce retard sont tout à fait légitimes, je pense que cela ne peut que me pousser à progresser et m’encourager pour la suite ! Bien entendu, je tiens à rappeler que tout ceci est un challenge personnel, qu’on fait avant tout pour soi et pour avancer. Sachez qu’atteindre les 50 000 mots est quasiment impossible et rarement du premier coup ! Mais il serait mentir de dire que cet objectif ne motive pas à se dépasser. Personnellement, j’essaie de jouer le jeu à fond car je sais que si je pars “perdante” dès le départ, je ne m’investis pas autant que souhaité et je finis par regretter. Je n’aime pas faire les choses à moitié. Bien évidemment, cette manière d’appréhender ce challenge est très personnelle : certaines personnes seront encore plus compétitives et ne se dévouent qu’à ça durant 4 semaines et d’autres vont préférer le percevoir comme un petit jeu où le résultat final n’a pas grande importance tant qu’on participe ! Selon moi, tant qu’on ne se met pas une pression monstre et qu’on passe un bon moment, le reste importe peu !

Pourquoi me suis-je lancée dans le NaNoWriMo ?

Commençons par le début, donc. Même si cette partie sera clairement plus personnelle que les questions suivantes ! Mais je me suis dit qu’un peu de mise en contexte serait bienvenue…

  • Ce que j’écris actuellement : 

Vous vous en doutez, j’adore écrire ! Si ce n’était pas le cas, je n’aurai pas ce blog, une chaîne Youtube (dont beaucoup d’idées de vidéos commencent par un script), un compte Instagram où j’adore rédiger des posts et ajoutons à ça mes quelques contributions à des webzines et revues (de très bonnes expériences que je souhaite développer au fil du temps en ciblant soigneusement mes sujets). Seulement voilà, même si l’envie d’écrire un essai me semble un exercice très stimulant je ne me sens ni la maturité ni la légitimité nécessaire pour en rédiger un. Je pense qu’il me faut encore grandir pour affiner mes idées et mes connaissances. Mais cela ne m’empêche pas d’aimer écrire… de la fiction ! Rien à voir donc, même si bien entendu mes convictions et ma perception du monde influencent ce que je peux raconter.

Personnellement, j’ai choisi de me lancer dans ce challenge car je suis actuellement en train d’écrire un roman, une histoire complètement fictive qui a germé dans mon esprit peu avant l’été 2019. J’en ai parlé en stories mais je me permets de refaire un résumé : j’ai rapidement développé cette idée dans un coin de ma tête et c’était très stimulant. Très vite, j’ai eu besoin de la coucher sur papier. J’ai donc commencé à rédiger les premiers chapitres (qui ont subi beaucoup de réécriture) et à élaborer un plan détaillé pour l’ensemble de mon roman. Seulement il y a eu pas mal de mouvements dans ma vie ces derniers mois et, afin de ne pas me laisser submergée, j’ai fait le choix de laisser cette histoire de côté. Je pense que c’était une décision plutôt sage mais m’y replonger dès octobre a été bien plus laborieux que je ne le pensais. J’ai pris mon courage à deux mains et j’ai continué son écriture mais surtout, j’ai retravaillé tout le plan détaillé qui souffrait de beaucoup d’incohérences et d’ellipses ainsi que d’une fin bâclée. Cette longue phase de réécriture et de re-travail m’a été vraiment utile, c’est indéniable même, mais je me suis retrouvée avec un roman encore plus long que prévu. Ô joie…

  • Pourquoi le NaNoWriMo est utile à mon projet ?

Après discussions, je me suis rendue compte que le NaNoWriMo pouvait être un excellent moyen de m’aider à avancer (pas à boucler mon roman puisqu’il fera au final largement plus de 200 pages). En effet, il y a plusieurs manières d’écrire un roman et il n’y a pas tellement de vérité universelle en termes de processus créatif. De mon côté, je ressens vraiment le besoin de coucher toute l’histoire sur papier et d’avancer un maximum dessus en faisant un premier jet de toute l’histoire, en l’écrivant comme elle me vient et ce sans me relire. C’est une manière pour moi de m’assurer que tout y est bien retranscrit comme je l’imagine et c’est aussi un excellent moyen pour faire marcher ma créativité et mon imagination. Il ne se passe pas un jour sans que des petites choses s’ajoutent à mon récit afin de le peaufiner et j’adore ça !

J’en profite pour faire une petite parenthèse afin de bien expliquer comment je travaille sur ce roman afin d’être mieux comprise :
Bien entendu, qui dit premier jet dit qu’il y aura ensuite plusieurs phases de correction et de relecture. En effet, ma manière de fonctionner fait que des incohérences et des gros changements peuvent se glisser d’un chapitre à l’autre puisque je peux finalement changer d’avis sur la manière dont je fais vivre l’intrigue ! Et il y a le style, bien sûr : ce que j’écris actuellement est vraiment une façon de tout coucher sur papier afin de l’avoir sous les yeux mais je ne travaille pas du tout le style d’écriture (pour le moment).
J’ai là aussi un plan de tout ce qu’il m’est prévu de faire pour que le résultat final du roman soit satisfaisant et c’est un travail colossal qui demande du temps et beaucoup de méticulosité. Un roman demande plusieurs mois (voire années pour les projets les plus ambitieux) de travail, sans compter les périodes de creux où écrire peut être plus ardu.

Voilà donc pourquoi le NaNoWriMo est vraiment adapté à ma manière d’écrire. J’ai vraiment besoin d’une phase où j’écris tout, sans vraiment me poser des questions, sans relecture, sans retour en arrière, sans regard critique sur les chapitres passés. Tout doit être évacué de mon esprit afin de me permettre ensuite de m’attaquer à la structure et au style. Et ce challenge est parfait pour ça puisqu’il s’axe non pas sur la qualité mais plutôt sur la quantité en encourageant à écrire régulièrement. Et c’est exactement ce dont j’ai besoin !

Comment se préparer au NaNoWriMo ?

Difficile de répondre à cette question comme cela dépend beaucoup de votre projet d’écriture ! Cependant, il me semble inévitable de ne pas arriver au 1er novembre les mains dans les poches sans vraiment savoir ce que vous avez déjà prévu. Vous n’êtes pas forcément obligé-e-s d’avoir toute votre histoire en tête ni même votre plan détaillé… mais alors le NaNoWriMo peut être une excellente porte d’introduction pour mettre tout cela en place. En tout cas, si votre but est d’écrire une histoire tenant sur 200 pages, ne pas avoir un minimum de préparation sur la structure de votre propos pourra vous faire vite défaut voire même vous décourager.

De mon côté, cela fait depuis juin que j’ai cette histoire en tête et j’avais déjà bien amorcé les premières étapes avant de me lancer dans le challenge : j’avais le plan détaillé, les premiers chapitres, ma liste de personnages (au moins les noms et quelques infos), etc. Bref, je savais où j’allais et c’était d’une grande aide ! En fonctionnant ainsi, j’avais également pu pas mal m’informer sur des éléments importants de l’histoire. Pas sur tout (et ça il faudra que je me penche dessus plus en détails plus tard) mais sur l’essentiel.

En conclusion, il faut bien préparer vos écrits autant sur les lectures nécessaires que sur le travail que vous aurez à réaliser durant ces quatre semaines. Et ce travail préparatoire ne se fait pas quelques jours avant. Je pense que le mois d’Octobre peut être l’occasion idéale si vous vous y mettez assidûment. Bien sûr, je ne dis pas ça pour vous décourager, au contraire ! Je sais qu’il est déjà difficile de se consacrer un mois entier à l’écriture alors si on doit en plus se préparer un mois avant… Mais avoir déjà quelques pistes, c’est pas mal, personne ne vous demande de bosser dessus tous les jours et de rester jusqu’à 3 heures du matin sur votre plan détaillé (hello me #oups). Non, ce que je vous encourage à faire c’est… d’y penser. Tout simplement. Rien que d’avoir son idée en tête permet de la faire mûrir doucement et de la développer tout naturellement… et cela motive pour la suite ! Personnellement, je n’avais pas le NaNoWriMo comme objectif quand j’ai bossé dessus en Octobre puisque mon choix d’y participer s’est vraiment fait au dernier moment mais par contre, il est vrai que j’étais bien investie dans mon roman à cette même période. Forcément, savoir que j’avais le nez dedans était un argument motivant pour que j’y consacre encore plus de temps.  🙂

NaNoWriMo : en solo ou en groupe ?

Lorsque j’ai parlé de mon envie de participer au challenge, j’ai demandé des conseils sur Instagram. J’ai reçu beaucoup de messages très bienveillants et d’une grande aide. Ce que j’ai le plus retenu, c’est qu’il n’y a pas de méthode type et miracle quand on parle d’écriture.
Par exemple, bon nombre de personnes m’ont recommandé de m’inscrire sur le site officiel afin de pouvoir enregistrer mon nombre de mots chaque jour et ainsi suivre mon suivi. On m’a également parlé des salons Discord mis en place durant le mois et qui permettent de se motiver à plusieurs. Il y a également les rencontres organisées dans pas mal de villes du monde entier et qui permettent de bien avancer et de se motiver… tout en partageant sa passion !

Même si je comprends tout à fait l’intérêt, je dois bien avouer que c’est à mille années lumières de mon fonctionnement et cela a même plutôt tendance à me bloquer. J’ai vraiment besoin de me retrouver seule et de faire de l’écriture un moment rien qu’à moi. Je préfère donc avoir mon propre petit fichier de suivi, et globalement cela reste pour moi une activité très solitaire… mais c’est ainsi que je m’y épanouis ! En sachant que même si j’aime être seule lorsque j’écris, j’aime aussi en parler rapidement en stories IG chaque jour car cela me motive (un peu comme si je m’étais “engagée” vis-à-vis des autres… pas si solitaire que ça, donc !). Bref, il n’y a aucune vérité unique concernant ce sujet. D’ailleurs, je dis ça mais peut-être que dans quelques temps mon avis changera et que j’en aurai assez d’écrire dans mon coin ? C’est fort probable aussi ! Ce genre d’expériences peut tellement changer une manière d’aborder un sujet…

Comment réussir à trouver du temps quotidiennement pour le NaNoWriMo ?

LA question. Cette année est ma première à m’investir dans ce challenge. Si j’ai décidé de me lancer, c’est également parce que j’en ai l’opportunité : j’ai suffisamment de temps libre pour avoir l’impression que c’est faisable. Les prochaines fois (s’il y en a, haha) seront donc sûrement sensiblement différentes et les leçons que j’en tirerai ne seront pas les mêmes. Ma méthode actuelle ne sera sûrement même pas valable, d’ailleurs…

Même si j’ai un planning flexible, je vous avoue ne pas écrire non stop. Déjà car écrire est une activité très fatigante qui demande énormément de concentration. J’écris au maximum une heure par jour et cela me convient pour le moment. Cela me permet d’avancer de manière satisfaisante sans m’épuiser ou me dégoûter. Pour le coup, j’attends vraiment de ce challenge de me donner une certaine “habitude” dans mon activité d’écriture.

En réalité, je vois l’écriture comme une activité intellectuelle qui ressemblerait beaucoup à du sport : on s’échauffe, on s’entraîne, parfois on se tape un sprint.. mais quoi qu’il en soit, on doit avant tout faire preuve de régularité pour progresser ! Ecrire quotidiennement me permet donc de m’améliorer, j’écris de plus en plus vite, en étant de plus en plus concentrée et les idées viennent de plus en plus facilement. Me replonger dans mon histoire après une bonne journée (je suis plutôt quelqu’un du soir -voire même de la nuit-) me fait énormément de bien : plus qu’une habitude c’est quasiment un besoin. Et c’est tout ce qu’il me faut pour avancer dessus de manière efficace !

Bref, ce que je vous recommande c’est de vous poser ces questions :

  • Suis-je plutôt une personne du matin, de l’après-midi ou du soir ?
  • Quand est-ce que je me sens le mieux pour écrire ?
  • A quoi ressemble une plage d’écriture ? (durée, préparation…) 

Si vous aimez écrire, vous connaissez peut-être déjà la réponse à ces questions ! Sinon, le NaNoWriMo peut justement vous aider à reconnaître les moments où vous êtes le/la plus à l’aise et ainsi vous permettre de créer de bonnes routines d’écriture. En tout cas, il n’y a aucune réponse unique pour ces sujets.

A côté, n’oubliez pas que le NaNoWriMo ne dure pas indéfiniment. Un mois, c’est certes long mais faisable ! N’hésitez donc pas à en parler autour de vous si cela vous permet de rendre le challenge réel et de revoir vos priorités. Peut-être que ce mois-ci vous ferez un peu moins de sport, vous regarderez un peu moins de séries, vous cuisinerez des plats un peu plus simples et rapides ou alors vous sortirez moins… Mais ce temps sera mis autre part ! Ce que je vous recommande également, c’est d’apprendre à faire preuve d’un peu de flexibilité : certes, il est super de se connaître et de voir quels sont nos meilleurs moments pour écrire mais les planètes ne peuvent pas toujours s’aligner. Alors n’hésitez pas à grapiller du temps par-ci par-là : seulement 15 minutes d’écriture dans sa journée peuvent aider à ne pas perdre de bonnes habitude et peuvent même parfois se transformer en 30/45 minutes ! Certes, votre concentration et votre “productivité” ne seront pas forcément à leur maximum mais tant pis, c’est déjà ça de pris :).

Où en suis-je dans mon NaNoWriMo ?

Le moment que tout le monde attend, héhé ! Comme expliqué précédemment, j’ai un tableau Excel où je rentre mon nombre de mots quotidien et j’ajoute également la durée que cela m’a pris ce qui me permet d’avoir une bonne connaissance de mon évolution. Sur ces 15 (quatorze :D), j’ai écrit une heure par jour maximum et mon maximum de mots est de 2 182. Grosso modo, il faut faire 1 666/1667 mots par jour pour atteindre les 50 000 mots à la fin du mois. Comme on ne sait jamais les imprévus qui peuvent se glisser, il est conseillé d’essayer de prendre un peu d’avance afin de ne pas avoir de mauvaises surprises.

De mon côté, j’avais réussi à avoir quelques bonnes journées mais j’ai finalement eu beaucoup de retard en tombant malade. Même si rester clouée au lit est un excellent prétexte pour écrire, j’étais bien trop fatiguée (et ronchon) pour me consacrer à cette activité. A cela s’ajoute que je n’ai pas pu écrire durant tout un week-end de trois jours car je n’étais pas chez moi (et je ne voulais pas emmener mon ordinateur portable avec moi).

Bref, j’ai pris un certain retard ! Actuellement (nous sommes le 14 Novembre), je devrais être à plus de 23 000 mots pour être dans les clous… et j’atteins difficilement les 14 000 mots. Bref, j’ai donc quasiment 10 000 mots de retard. Je ne vois pas trop comment rattraper tout ce temps mais c’est aussi ça le jeu ! Je ne pouvais pas deviner que je serai malade et que cela décalerait tout ;).

J’espère que ce premier article aura été un bon résumé de ces 15 premiers jours. Comme vous le voyez j’ai beaucoup appris et j’écris quotidiennement, ce qui est une petite victoire et je n’ai jamais aussi bien avancé dans mon récit ! Cependant, je suis loin des résultats attendus. Le suspense reste donc entier d’ici la fin du mois, haha ! 😉 Le prochain article sera axé sur la deuxième quinzaine du mois, sur mon retard, sur les outils que j’utilise, les leçons apprises, les critiques que je peux tirer de mon travail d’écriture et… Well, we’ll see ! 

Participez-vous ou avez-vous déjà participé au NaNoWriMo ?

Quels conseils donneriez-vous pour mener ce challenge ?

Je suis Sophie, et je suis la créatrice du blog "Tout est Politique" et de la chaîne Youtube du même nom. Féministe à tendance libertaire, j'ai ouvert ce blog afin de vous partager mon point de vue sur des sujets de société qui m'intéressent. Parfois via des articles de vulgarisation que j'essaie de sourcer au mieux (notamment grâce à mon intérêt croissant pour la sociologie).

Un commentaire

Laisser un commentaire