A toutes celles qui ne se sont jamais tues

J’aimerai juste vous remercier pour tout. Pour tous ces articles écrits, ces vidéos réalisées, ces podcasts créés, ces livres publiés, ces projets initiés : toutes ces belles choses. J’aimerai vous remercier pour votre humour parfois un peu cinglant, mais surtout votre patience, votre art du bon mot et votre pédagogie. J’aimerai vous remercier pour votre présence dans tous les espaces, même quand elle n’est pas la bienvenue, considérée comme gênante voire même ouvertement méprisée.

Vous n’avez jamais plié. Vous n’avez jamais flanché. Vous êtes restées dignes malgré les torrents de boue. Vous êtes restées des femmes courageuses, battantes et avec cette petite étincelle d’espoir qui peut raviver n’importe quel ciel un peu sombre. Vous avez été, êtes encore et serez à jamais (même quand j’oublie parfois vos noms et vos visages tant vous êtes nombreuses) des femmes qui m’inspirent chaque jour.

C’est parce que vous avez toujours défié l’autorité et remis en cause cette domination injuste, c’est parce que vous avez toujours pris soin d’utiliser les bons mots, même ceux qui gênent, que je suis devenue féministe. Je vous ai vues serrer des dents, morfler mais surtout, ne jamais abandonner. Et à mon tour, vous m’avez donné envie de me lever.

Et moi aussi, pour l’avoir vécu, je sais à quel point c’est dur. Et à quel point dans ces moments de haine immense, effrayante, qui nous engloutit, on se sent incroyablement seule et abandonnée. Comme si on vivait une sorte de point de non retour et qu’après, tout sera un peu différent. Mais à chaque fois, j’ai pensé à vous, à vous toutes. A toutes ces femmes fortes et emplies d’humanité, pour qui mon respect reste inconditionnel.

Plus on avance et plus parler devient dur et risqué. Plus le mur devant nous s’épaissit et plus certains semblent bien décidés à ce qu’il ne se fissure même pas un peu. Mais je pense et j’espère que nous continuerons encore et toujours à être nombreuses à parler, quitte même à crier.

J’aimerai dire que je ne suis pas en colère, que j’aborde tout cela avec philosophie et beaucoup de mesure mais ce n’est pas vrai. Je vois toutes ces femmes si intelligentes, flamboyantes et que j’estime, être continuellement rabaissées et menacées et il m’arrive bien souvent d’être inquiète… et triste. Mais j’aime croire en notre solidarité, en notre union.

Merci à vous. Merci de me rappeler que nous faisons le bon choix. Merci de me rappeler que tout cela n’est pas vain et inutile. Merci à celles qui n’osent pas parler très fort et qui ne peuvent que chuchoter. Vous êtes aussi utiles. Je prends le temps de vous le dire, ce merci, parce que je sais à quel point il peut être salvateur. Je sais ce que la fatigue psychologique, l’épuisement psychique, peut causer comme ravage. Je sais que l’humanité semble subitement bien amère dans ces moments là…

Mais alors laissez-moi vous le dire, laissez moi l’écrire : merci, pour votre engagement féministe exemplaire et votre ténacité hors paire. 

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :