Raccrochez-vous à ce que vous pouvez

Cet article n’a pas tellement de but précis mais je pense que j’ai besoin de coucher sur le papier 2/3 pensées qui pourront peut-être aider certaines personnes dans des situations difficiles. Je pense même qu’il pourrait m’être très utile les jours de “coup de mou” pour réussir à relativiser un peu.

Plus je grandis, plus je réalise qu’il arrive qu’on se sente facilement “prisonnier.ière” à certains moments charnières de sa vie. L’impression qu’on piétine, qu’on n’avance plus, qu’on n’évolue plus… bref, on ressent cette petite pointe d’angoisse très désagréable qui nous colle vite à la peau où on se convainc qu’on est voué.e à rester au même endroit indéfiniment. J’ai remarqué que ces passages à vide arrivent souvent après de gros changements. On a un peu tout réglé de négatif dans son quotidien mais il reste ces  problèmes sournois qui viennent engluer notre esprit et nous empêche d’être totalement épanoui.e. Vous savez, ces problèmes où on n’a pas tellement de prise dessus parce qu’en réalité, quoi qu’on en dise : ils ne dépendent pas entièrement de nous.

Je ne rentrerai pas dans les détails mais je me sens précisément dans cette situation depuis quelques semaines maintenant. Ces derniers mois sont passés à une vitesse incroyable, il y a eu énormément de changements dans ma petite vie, des choses pas forcément très joyeuses mais qui devaient sûrement arriver… J’essaie un peu de tout recoller comme je peux et d’avoir de nouveaux repères. Je ne sais pas si un jour j’en discuterai par ici, je crois que comme d’habitude je trouverai un moyen détourné d’aborder le sujet… Mais en tout cas, j’ai un peu le sentiment que j’émerge d’un long sommeil, que je sors la tête de l’eau. J’ai dû faire des choix et je réalise que plus on est “indépendant.e” et adulte, plus les décisions prises peuvent avoir un goût un peu… doux amer. On n’a pas toujours le confort de choisir ce qu’on veut de manière parfaitement calibrée, de dire “non” de façon radicale.

Parfois, on apprend juste… à faire avec, à prendre sur soi. Et on reste dans une sorte d’attente, de quelque chose qui ne vient pas car on ne l’a pas encore trouvé. Oui, je suis sûre que vous voyez précisément de quoi je veux parler. Il faut savoir que je suis très impulsive. J’ai facilement besoin de changement, j’aime me sentir libre et indépendante. Je ne dirai pas que l’engagement me fait peur et en réalité, je ne me lasse pas vite. Au contraire, j’adore avoir des petites habitudes et une routine qui me rassure. Mais comme je déteste avoir l’impression de piétiner, j’ai vite tendance à ne pas vouloir rester sur des “échecs”. En réalité même, quelque chose de “passable” peut vite me ronger et me pourrir l’esprit : ça finit par m’obséder, parce que j’ai peur de m’y accoutumer… et je sais à quel point cela peut vite s’avérer toxique.

Si je vous parle de tout ça c’est parce que plus j’avance, plus je dois bien admettre que les situations mitigées peuvent être fréquentes. Et je me rends compte, hélas (peut-être tardivement…?) que dans ces périodes de creux, il est plus que vital de se raccrocher à ce qui nous fait beaucoup de bien. Prenez du temps pour vous, sincèrement. Plongez vous dans ce qui vous passionne. Jetez vous dans ce qui vous éclate. Peu importe que vous paraissiez égoïste vu de l’extérieur, qu’on vous trouve “distant.e”, qu’on ne comprend pas ce besoin soudain de prendre du temps pour vos hobbies… mais faîtes le dès que vous pouvez.

Passez du temps à raconter des futilités sur votre blog ou en vidéo si cela vous permet de respirer, allez au cinéma tous les soirs si cela permet de vous déconnecter, faites un tour à la salle de muscu dès que vous en avez l’occasion si cela vous aide à oublier… Passez des coups de fil à vos ami.e.s, prenez du temps avec votre amoureux.se, refaites votre appart’ du sol au plafond, prenez un billet sur un coup de tête pour aller faire un petit coucou à votre famille… Mais surtout, surtout, n’oubliez pas d’essayer de vivre un peu, de continuer à faire votre petit bonhomme de chemin et à profiter des petits moments de joie.

Ces instants sont précieux.

2 Comments

  1. Simon

    20 septembre 2017 at 19 07 28 09289

    Je viens de prendre le temps de lire cet article, je suis exactement dans une même période. Courage à toi j’espère que tu as réussis à te raccrocher à quelque chose. Merci d’être toujours là !

  2. Virginie

    22 septembre 2017 at 10 10 53 09539

    Merci pour cet article qui apporte un peu de positif en plus dans mon quotidien. Je traverse une periode un peu dépressive je crois, je remets tout en question, je ne sais plus qui je suis, ce que je veux ni pourquoi, c’est très déroutant. Mais comme je suis plutôt casanière, je passe le plus de temps possible chez moi avec mon copain, sans l’obligation de devoir faire “comme si”, qui pèse sur moi toute la semaine…
    Prend soin de toi et bon courage
    Merci encore

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :