Le développement personnel dépolitisé pose un (gros) problème

Pour celles et ceux qui ne le savent pas, j’adore lire des articles sur le développement personnel. C’est un de mes passe-temps qui me fascine sans que je m’explique vraiment pourquoi. Organisation, optimisation, motivation, détente… j’ai dû lire sur à peu près tous les sujets et j’admets adorer les blogs lifestyle qui traitent plus facilement de ce genre de thématiques. Pourtant, il m’arrive d’être sacrément agacée (et je pèse mes mots) par certaines angles choisis pour aborder des sujets bien plus compliqués qu’il n’y paraît.

Read more

Pour vous, c’est quoi “être safe” ?

Si vous aussi vous vous posez ces questions parfois, si vous ne savez pas trop si vous êtes totalement “déconstruit.e”, si vous avez l’impression que le jour où on est considéré.e comme “non safe et problématique” est une sentence irrévocable ou que sais-je… Ou si, au contraire, vous êtes déjà passé.e par ces questionnements et que vous avez trouvé la lumière (ouais, maintenant t’as compris la signification de la photo qui accompagne ce post lol)… et que vous avez la patience (et l’envie) de me faire part de vos réflexions… je suis preneuse, vraiment.

Read more

La méchante “subjectivité” du féminisme

Aujourd’hui donc, je vais revenir sur tous ces arguments qui entourent l’idée qu’une opinion féministe, qu’un argument lié au féminisme, sont forcément “subjectifs”… et par conséquent ne pourraient être valables. Après tout… quelle militante féministe n’a pas déjà entendu cet argument : “oui, mais ce que tu dis n’est pas subjectif, tu as un parti pris, tu es féministe”? Or, il est désormais grand temps de rappeler que cette remarque ne s’applique pas qu’à nous mais en réalité… à tout le monde !

Read more

5 arguments (idiots) contre l’écriture inclusive

L’écriture inclusive est une écriture qui cherche à mettre en avant les deux genres (homme et femme) de la société afin d’effacer le masculin comme élément dit “neutre” dans la langue française. Le masculin reste encore le genre utilisé par défaut, comme s’il était universel et que la femme n’était qu’une extension de l’homme, arrivant en seconde place. Après tout, ne dit-on pas que “le masculin l’emporte” lorsqu’un homme et plusieurs femmes (ou alors un sujet masculin et plusieurs femmes) sont évoqué.e.s dans une phrase ? Là où l’écriture inclusive semblait encore nébuleuse il y a quelques années, elle sort désormais du cadre universitaire et du milieu militant jusqu’à intéresser et interroger les médias… Et bien entendu, un certain nombre de personnes semble bien décidé à ne pas laisser cette pratique se démocratiser. 

Read more