Une pause.

Ah ! Que je redoutais d’écrire cet article ! Pourtant, des pauses, j’en ai fait un certain nombre depuis que je blogue. Mais celle-ci, je savais qu’elle aurait un petit goût différent des autres. Celui de la pause qu’on fait un peu de manière amère mais qui est si nécessaire. En réalité, cela fait bien plusieurs mois que je la sens venir, cette pause. Mais elle a mis du temps à réellement pointer son bout de son nez, visiblement. D’une idée fugace, elle est devenue un besoin réel.

En 2017, je me suis cherchée, plus que jamais. Ô elle aura été bien compliquée cette année. Je ne cherche pas à l’oublier, à la mettre derrière moi comme un souvenir honteux qu’on ne veut plus raconter. En 2017, j’ai appris beaucoup et entre autre, j’ai appris à vivre. C’est une formulation un peu abrupte mais c’est la plus cohérente qui soit. Et bien vous savez quoi, je vais vous mettre dans la confidence : ce n’est pas de tout repos et je suis encore en plein apprentissage.

Voilà pourquoi en 2017 je n’ai pas beaucoup écrit ni même beaucoup tourné de vidéos. J’ai tout remis en question et surtout, moi. Des projets, j’en ai plein la tête. Des tas d’idées qui bouillonnent et s’impatientent et qui ne demandent qu’à être réalisées. Mais pour la première fois ma vie, je fais face à quelque chose de pas banal mais de tellement frustrant : je n’arrive plus à créer de manière spontanée. Il faut savoir que je suis loin d’être une procrastineuse de compétition, bien au contraire : la flemme, je connais, le manque de temps aussi. Mais j’ai toujours eu cette petite flamme qui m’animait au fond de moi et me poussait à prendre toujours un peu de mon temps libre pour me dévouer à ces projets à côté de mes études, d’un boulot, de mes sorties… Quand je ne réalise plus grand chose, c’est qu’il y a de bonnes raisons qui font que j’en arrive à ne pas savoir par où commencer, et surtout quand m’y mettre.

J’ai fait le point : pourquoi mettais-je autant de mauvaise volonté à bloguer, à faire des vidéos ? Pourquoi je repoussais constamment l’échéance ? Pourquoi les rares moment où je me lançais dedans, je finissais par ne plus être tellement enjouée par ce que je faisais quitte même à tout laisser en suspens ?  Au début, je n’ai pas prêté attention à ce désintérêt (pourtant) croissant. Parce que je continuais d’écrire, et même de trouver des idées à faire pour les réseaux sociaux, mon blog, ou encore ma chaîne. J’ai créé des tas de tableaux avec des idées de contenus à imaginer. J’ai même écrit des tas de scripts, des articles d’une dizaine de pages… Pour au final les arrêter en cours de route, ne remettre jamais le nez dedans ou finalement les stopper net après quelques lignes rédigées à la hâte. Ou alors, finir par les garder dans un vieux dossier, très satisfaite de mon travail, mais refusant catégoriquement de les mettre en ligne.

Il a bien fallu que je l’admette : il y avait quelque chose qui clochait dans tout ça. Les mois passaient, les saisons se suivaient les unes après les autres, mon inspiration était toujours bien présente dans mon esprit mais… rien. La partie “réalisation” ne venait jamais et ressemblait à mes yeux à une corvée. Alors je me suis interrogée. Et il a fallu que sois un peu honnête. En 2017, j’ai changé, donc. Beaucoup. Comme si j’avais grandi d’un coup très très très vite, que j’ai appris à appréhender pleins de choses d’une autre manière et que je n’avais en réalité, pas tellement mis de pause sur des sujets qui avaient bien besoin de l’être.

Le blog a changé, oui, vous l’avez peut être remarqué. Les billets d’humeur parfois un peu salés on fait place à un contenu qui se voulait plus pédagogique, plus instructif et dont chaque sujet me tient profondément à coeur. J’aime partager mes connaissances dans certains domaines et même si cela me prend un temps fou en termes de recherche et d’écriture, cela ne fait que depuis cette année que je suis réellement fière de pouvoir montrer et parler de mon blog sans avoir peur de ce qu’on pourrait en penser. Peu importe les sujets dont je peux parler, qui ont un parti pris politisé, je suis fière de réussir à mettre en forme ce genre de posts car je sais qu’au fond, ils ont une certaine utilité et une approche assez différente de ce qu’on peut parfois lire par d’autres sur le même sujet.

De l’autre côté, les vidéos sont un peu restées les mêmes. Pas de nette amélioration, pas d’envie précise pour me renouveler, m’améliorer, approfondir. J’avais pour ambition de faire de cette chaîne Youtube un complément de ce blog. Mais j’ai parfois du mal à faire le pont entre les deux, et je réalise que je devrais pouvoir mélanger les sujets qui me plaisent sur les deux, pour pouvoir en tirer le meilleur mais… je n’ai jamais eu tellement le courage de me pencher dessus. J’ai envie de réfléchir à ce que je désire faire sur Youtube, et dans quelle optique.

Mais 2017 a aussi été une année où j’ai compris qu’au delà d’essayer de me rendre utile par les mots, il y a quelque chose qu’il fallait aussi apprendre à chérir alors qu’on n’y songe peu : c’était la nécessité des choses parfois légères. Les sujets plus superficiels, nos passions un peu coupables mais dont on aime parler de manière que purement technique et esthétique pour simplement transmettre un peu de plaisir, de culture générale, sans forcément que cela serve sur l’instant à quiconque. Par exemple : vous saviez que j’aimais la mode, n’est-ce pas ? Mais saviez-vous qu’au delà de son aspect sociologique et économique (et donc éminemment politique), je suis passionnée par le choix des vêtements dans un film ou une série (même quand les personnages portent de simples jeans/t-shirts) tant ils sont révélateurs de la qualité d’un film et de ses choix artistiques (et par conséquent, un peu politique aussi) ?

Mais comment combiner tout ça, surtout quand on a envie de montrer ces deux facettes avec autant de spontanéité et de détails alors qu’elles peuvent être si opposées ? Je ne sais pas. L’humain est fait de contradictions, de multiples paradoxes, je le sais pertinemment mais je crois que j’ai bien dû admettre que moi aussi, j’en faisais partie. Et qu’il faut juste accepter d’avoir des identités multiples, qui se frôlent et parfois se croisent.

Ca semble un peu idiot mais j’ai un peu perdu ça de vue dernièrement. Je sais qu’il y a des sujets que je n’ai plus du tout envie d’aborder (comme je pouvais le faire il y a quelques années) car j’ai simplement grandi et je n’ai plus le même rapport avec mes blogs. Mais il n’y a pas que ça. J’ai un peu le nez dans le guidon, dernièrement. Ma vie personnelle a beaucoup changé. En très positif, mais j’ai l’impression constante de commencer de nouveaux chapitres qui ressemblent quasiment à de nouvelles vies tant ces changements impliquent beaucoup, m’impatientent et en même temps, m’interrogent.

Et je crois que tout ça, fait que j’ai du mal à comprendre ce à quoi j’aspire via mon blog ou ma chaîne Youtube. Je me rends compte que je me suis pliée à des formats, à des sujets et à des contenus simplement pour “produire”, simplement pour satisfaire autrui sans me demander ce que je désirais faire pour moi avant tout. Toutes ces plateformes où je suis, qui devraient simplement me correspondre, montrer qui je suis et ce que j’apprécie, ce qui m’intéresse et me ressembler à 200% me semblent avoir tellement perdu en spontanéité, plaisir et sincérité.

Au début, j’ai mis ça sur le compte de la rigueur : je veux faire mieux, je veux m’appliquer, je veux enfin prendre le temps de tout bien faire. Le problème c’est que j’ai l’impression de mettre ces critères parfois très hauts non pas pour moi et ma satisfaction du travail bien fait mais simplement pour tout baliser et me protéger. Mais vous savez quoi ? C’est complètement con. Parce que cette exigence, je ne l’ai jamais attendu des autres tant elle me semble absurde et d’une intransigeance inhumaine.

Alors je crois que tout ces réflexions ne m’ont amené qu’à une seule conclusion : pour retrouver plus de simplicité, plus de plaisir dans ce que je fais, j’ai besoin d’une longue pause, d’un peu de répit. J’ai besoin de me construire grâce à d’autres choses qui tiennent une place plus importante dans ma vie, présentement.

Il m’arrive des choses formidables dernièrement, et je n’arrive même plus à les voir tant la peur de l’échec, de l’erreur et de la déception envoie valser mes certitudes. Au lieu de continuer à aller de l’avant comme j’ai appris il y a peu, je me mets à faire du surplace, à voir le temps passer sans capturer les jolis moments pour me morfondre sur ce qui ne mériterait pas tant d’importance de ma part.

Je vais tâcher de continuer de tirer des leçons de 2017 et je vais tâcher de vivre. De vivre avec le sourire, avec sérénité et de m’investir dans ce qui me remplit de joie actuellement.

On se revoit bientôt, je vous le promets.

Mais pas trop tôt non plus. 😉

Et je suis persuadée que ce sera encore plus chouette.

Je vous embrasse,

Buffy M.

Notre consentement n’est pas du puritanisme

Qu’écrire après tout ce bruit? Les jours sont passés, les réactions ont fusé, j’en ai relayé (beaucoup). Des instructives, des sérieuses, des drôles mais toutes avec ce même besoin : rappeler que les mouvements #MeToo et #BalanceTonPorc ont été des initiatives salvatrices pour tellement de femmes. Revenir sur cette tribune ? Beaucoup l’ont déjà fait d’une manière tellement brillante et pertinente que je n’ai pas envie de répéter tout ce travail pédagogique nécessaire qu’elles ont mené de front. Vous trouverez des liens bien utiles en bas d’article. De mon côté, je vais simplement revenir sur les points qui me semblent les plus grotesques.

Lire la Suite →

Cette consultation gynécologique qui a tout changé

Jamais je n’aurai pensé écrire un tel article ! Non pas que je trouve le sujet déplacé (bien au contraire) mais parce que je n’avais jamais cru vivre une expérience aussi positive qui me donnerait absolument envie de la partager. Pourtant, depuis que j’ai une nouvelle gynécologue (enfin, en réalité elle est sage femme mais elle peut aussi faire des consultations gynécologiques) avec qui la première consultation a été géniale, j’ai envie de la raconter parce qu’à mon sens, c’est important.

Lire la Suite →

X-files : une série culte ?

Aujourd’hui, je suis ravie de vous retrouver pour une toute nouvelle vidéo ! Je vous parle d’X-files, une série des années 90 devenue incontournable… mais surtout, je reviens sur ce tournant apparu à la même époque dans le monde des séries, avec un renouveau du format et de l’esthétique télévisuelle. Que vous aimiez ou non la série, si vous êtes sériephile, cela peut vous plaire !

Lire la Suite →

Pourquoi le journalisme féministe est une nécessité

Vous avez sûrement entraperçu quelques unes de ces femmes dans les médias : du collectif « Prenons la 1 » à la nouvelle rubrique « Meufs » sur Buzzfeed ou encore le célèbre Tumblr « Les mots tuent », le journalisme féministe semble faire son petit bout de chemin dans le monde de l’information et de l’actualité. Sans surprise, ces initiatives féministes ne plaisent pas à tout le monde et pourtant, leur existence est plus que jamais nécessaire et il est grand temps de revenir sur quelques idées reçues…

Lire la Suite →

Se trouver une nouvelle organisation : mes conseils

Ahhh ! Après mon dernier article sur le développement personnel, il fallait bien que je revienne pour vous parler d’organisation 😉 ! Si vous me suivez depuis longtemps, vous savez que je suis une grande adepte des listes et autres plannings en tout genre. Seulement j’ai vite laissé tomber pas mal de méthodes “tendances” pour revenir un peu au B.A-BA. Des choses évidentes, très terre à terre et ne tenant pas du tout de « la recette miracle » qu’on nous vend un peu pour tout désormais…

Lire la Suite →

Le cyber harcèlement (sexiste) : comprendre et agir

Aux premiers abords, j’étais persuadée que faire un tel article serait inutile. Après tout, quand on entend les mots « harcèlement » et « sexiste », cela devrait être suffisant pour comprendre l’étendue des dégâts, n’est-ce pas ? Visiblement, non. Beaucoup de contre-arguments cherchent à relativiser ce harcèlement . Et c’est avec sidération que je dois bien admettre que beaucoup de personnes ont du mal à se sentir concernées par un tel déferlement de haine tant que ça ne les touche pas directement. Alors, permettez moi de revenir sur certains de vos arguments qui témoignent d’une réelle ignorance du sujet.

Lire la Suite →