Dire que la Charge Mentale concerne tout le monde est faux

Cela fait bien longtemps que je n’ai pas écrit ici. La faute à un planning très chargé mais aussi beaucoup de sujets où poser les mots demande du temps. Cela fait depuis un certain moment maintenant que je désire écrire sur “la charge mentale”, une expression qui s’est popularisée ces derniers mois/années sur les réseaux sociaux, d’abord avec la BD d’Emmaclit  sur le sujet qui a connu un véritable buzz puis le compte Instagram de Coline, taspensea. Voir ce sursaut de conscience faire le tour du net m’a fait chaud au coeur et assister à ces embryons de conversation sur le sujet est la preuve que les choses bougent. Cependant, il y a beaucoup d’arguments que je ne partage pas dans le sens où ils sont pour moi complètement faux. Les arguments en question sous-entendant que la charge mentale ne concerne pas que les femmes mais absolument tout le monde et est un problème de notre époque. En tant que féministe, ceci me pose un problème fondamentalement politique.

  • Bien définir la charge mentale

La charge mentale est un concept qu’on retrouve dans les milieux féministes et dont les prémisses commencent aux alentours de la fin des années 60. Pour résumer dans les grandes lignes, cela concerne toute la charge cognitive concernant notamment les tâches ménagères au sein du foyer. Cependant, les médias qui écrivent sur le sujet omettent souvent de replacer ce concept dans une vision matérialiste du féminisme. Un élément notable du féminisme matérialiste est d’avoir souligné que la gestion du foyer est une tâche attribuée aux femmes, une tâche qui n’est pas reconnue comme un travail  alors que cette fonction genrée participe à leur exploitation (dont le patriarcat bénéficie largement). On pense, à tort, que les générations actuelles se divisent mieux le travail domestique. Or, il n’en est rien. Pour rappel, un rapport de l’INSEE rappelait en 2015 que les inégalités dans ce domaine ont encore la vie dure et que les femmes continuent d’effectuer les tâches les moins valorisées (exemple : faire la vaisselle après que le conjoint ait fait la cuisine). La modernisation des appareils ménagers a davantage favorisé la baisse du temps de travail domestique des femmes que le partage des tâches.

Ce travail domestique qui n’est pas pris en compte (il n’est pas valorisé socialement ni même compté dans notre système économique) est possible grâce à une composante invisible mais néanmoins essentielle : la charge mentale. Cette charge mentale n’est pas détachable du travail que les femmes exercent quotidiennement au sein de leur foyer : il est inhérent à l’exploitation domestique qu’elles subissent. Dans cette charge mentale, on retrouve par exemple : être celle qui réfléchit à la répartition des tâches domestiques, être celle qui pense à rajouter sur la liste de courses d’acheter le pique-nique pour la sortie de sa fille, être celle qui pense à préparer la tenue de sport parce qu’elle a un cours d’EPS le lendemain, être celle qui vérifie qu’il n’y a pas de mot dans le carnet de liaison à signer, être celle qui n’oublie pas d’aller acheter un cadeau pour l’anniversaire de Grand-Maman dimanche (même si c’est notre belle-mère).

La charge mentale combine donc plusieurs éléments qui permettent à l’ensemble du foyer de bien fonctionner : les tâches “rationnelles” (les courses, les devoirs) comme les “émotionnelles” (prendre des nouvelles des grands-parents, penser aux petits cadeaux, etc.). Tous ces menus détails s’imbriquent dans le quotidien des femmes, en plus des autres choses auxquelles elles peuvent penser (leur travail professionnel, par exemple), ne sont pas valorisés, reconnus et sont épuisants mentalement (puisqu’ils sont un travail permanent). Il faut penser à tout, tout le temps, pour tout le monde et implicitement, tout le monde s’est habitué à se reposer sur vous et à ce que les choses fonctionnent ainsi. Là où on pourrait l’excuser auprès des enfants (qui sont jeunes et apprennent à se responsabiliser au fur et à mesure du temps), on remarque que pour les conjoints masculins, il s’exerce un transfert où leur compagne devient simplement une sorte de maman de substitution qui les prendra en charge comme leur mère faisait pour eux avant qu’ils quittent le nid familial.

Dans les rapports de sexage, les expressions particulières de ce rapport d’appropriation (celle de l’ensemble du groupe des femmes, celle du corps matériel individuel de chaque femme) sont : a) l’appropriation du temps ; b) l’appropriation des produits du corps ; c) l’obligation sexuelle ; d) la charge physique des membres invalides du groupe (invalides par l’âge – bébés, enfants, vieillards – ou malades et infirmes) ainsi que des membres valides de sexe mâle.Pratique du pouvoir et idée de Nature (1) L’appropriation des femmes de Colette Guillaumin (1978)

  • Un mal du siècle, vraiment ?

Ce sont précisément tous ces éléments qui m’empêchent d’accepter l’idée que la charge mentale serait un mal être de notre époque, nous touchant toutes et tous de la même manière. J’irai même plus loin en disant que la charge mentale ne concerne pas forcément toutes les femmes mais surtout les femmes au sein de relations hétérosexuelles. Certes, elles concerne toutes les femmes dans le rôle qu’on leur attribue au sein de leur famille par exemple, mais la manière dont les couples hétérosexuels fonctionnent ajoutent une seconde difficulté et favorise cette charge mentale à la différence d’autres formes de couples. Je m’explique.

Je suis féministe et plus que d’être simplement féministe, je suis une féministe de gauche, je privilégie une vision radicale (c’est-à-dire que je ne m’attarde pas sur les cas individuels mais je privilégie les systèmes, comment ils se perpétuent et quels en sont les mécanismes). Le fait que les femmes soient principalement touchées s’explique très bien par les stéréotypes de genre qui les conditionnent dès petites : on les renvoie à la maternité, au foyer, on leur apprend dès toutes jeunes à être “responsables” et “matures” et le mythe que les femmes sont des Wonderwomen capables de switcher entre leurs différentes occupations (le boulot, la famille et les injonctions à être toujours au top physiquement) reste ancré. Cependant, pas besoin d’avoir des enfants pour que la charge mentale commence : les tâches ménagères existent bien avant la constitution de sa propre couple et le rôle de “petite maman à tout faire” qui remplace la vraie débute très tôt dans la vie de couple.

Par ailleurs, je partage l’idée que nous évoluons dans un monde sexiste et encore plus précisément “hétérosexiste”, c’est à dire que l’hétérosexualité est une orientation encore perçue (à tort) comme une norme par défaut là où les autres orientations amoureuses sont reléguées au second plan (minoritaires) voire même considérées comme déviantes. L’hétérosexualité n’est pas à réfléchir comme une simple relation homme-femme faisant partie de la sphère privée voire même de l’intime mais plutôt comme un système, un fonctionnement politique (par politique, j’entends la manière dont notre société s’organise). Par système, j’entends l’idée que l’hétérosexualité conditionne la manière dont nous abordons les interactions hommes-femmes, même au-delà des questions de séduction, de désir ou d’amour. Et par ce terme, j’entends également l’idée q’il y ait des rapports de force et des enjeux de domination. La manière dont les catégories hommes-femmes sont réfléchies est difficilement détachable de la notion d’hétérosexualité.

Oui, nous vivons dans une société libérale et capitaliste qui nous en demande encore et toujours plus, jusqu’à l’épuisement dans un souci de productivité permanent. Effectivement, une parole concernant le travail dans le monde professionnel se libère : les gens donnent de leur temps et de leur énergie jusqu’à l’épuisement. Effectivement, certains métiers demandent une charge cognitive permanente. Cependant, le fait que cette charge soit aussi vécue dans le cadre du privé (la famille, le couple) est un problème très largement vécu par les femmes parce qu’il est systémique.

Voilà peut-être un enjeu révolutionnaire dont nous ne parlons pas assez. S’émanciper au sein du couple hétérosexuel et ne plus accepter ce rôle de ménagère implicitement liée à la maternité comme allant de soi… pour redéfinir notre liberté.

Envie de réfléchir sur le sujet ? Quelques ouvrages… 

  • Le Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir
  • L’ennemi principal de Christine Delphy
  • La pensée straight de Monique Wittig
Je suis Sophie, et je suis la créatrice du blog "Tout est Politique" et de la chaîne Youtube du même nom. Féministe à tendance libertaire, j'ai ouvert ce blog afin de vous partager mon point de vue sur des sujets de société qui m'intéressent. Parfois via des articles de vulgarisation que j'essaie de sourcer au mieux (notamment grâce à mon intérêt croissant pour la sociologie).

5 commentaires

  1. Très bon article !

    Un point avec lequel je suis en désaccord est le suivant : “La manière dont les catégories hommes-femmes sont réfléchies est difficilement détachable de la notion d’hétérosexualité”.

    Je penses que c’est parce que notre societé traite différement les hommes des femmes que l’héterosexualité reproduit ces différences (et les valide). Mais dans une societé sans genres, l’héterosexualité ne mettrait pas à en créer des genres toute seule.

    Répondre

    1. Merci Adrianne pour ton commentaire ! Je vois ce que tu veux dire mais je perçois plutôt ça comme deux systèmes qui se nourrissent communément. Il me semble aussi délicat de tirer des conclusions ou d’imaginer ce que donnerait une société sans genre puisque ce n’est pas le cas à l’heure actuelle. Bien à toi, Sophie

      Répondre

Répondre à La Nébuleuse Annuler la réponse.