Je pensais pas qu’une séance chez une kinésithérapeute, qui était sensée être complètement anodine, réussirait à me faire autant ronger mon frein et réfléchir sur moi-même et mes agissements. Ben flûte, alors. A croire que j’ai un peu trop déconné et qu’il est temps de l’admettre.

Cela doit faire environ 2 bonnes années que j’ai constamment mal en haut du dos (au niveau des trapèzes plus précisément, mais je ne savais pas que ça s’appelait comme ça jusqu’à il y a peu). Une douleur un peu chiante, qui s’est installée tranquillement, après quelques années à ressentir une gêne. C’est un peu étrange car je ne m’en suis jamais plainte, de cette douleur, mais je l’ai jamais trop cachée non plus. J’avais mal et j’ai cru à un mauvais positionnement au travail, un faux mouvement au sport, à du stress, ou encore à une mauvaise literie (voire les 4 à la fois) et que ça passerait au fur et à mesure.

C’est jamais passé et cette dernière année a été la plus désagréable à ce niveau-là. J’ai pris pour habitude de me dire que je m’étais accommodée à cette douleur. Qu’elle était là, pesante, créant une tension sur mes épaules, mais qu’elle ne m’empêchait pas de vivre ou quoi que ce soit. Ces derniers temps, la douleur était telle qu’elle était parfois assez vive. Donc j’ai décidé de me remuer les fesses, d’aller voir ma généraliste qui m’a filé une ordonnance pour une séance chez une kiné où on allait m’apprendre quelques bons gestes à avoir pour faire passer la douleur.

Grosso modo, c’est comme ça qu’on m’a présenté le truc et je dois dire que c’était un peu à ça que je m’attendais. Et pour être honnête, c’est un peu pour ça aussi que j’ai tant retardé le moment d’aller voir un médecin à qui en parler. Déjà par manque de temps et aussi de motivation. Je savais pertinemment qu’à partir du moment où j’allais admettre qu’il fallait faire un truc contre ce mal, je n’allais plus pouvoir me défiler. Et je devrais donc faire les exercices nécessaires pour que ça passe. Et j’étais bien trop flemmarde pour ça, très clairement.

Me voilà donc à cette fameuse séance. Je n’ai jamais foutu un pied chez une kiné de ma vie et je n’ai aucune idée de ce qu’on attend de moi. La dame en question regarde d’abord ma position debout. Je trouve ça un peu bizarre puisque j’ai mal aux trapèzes et que je sais où j’ai mal mais bon, c’est elle la professionnelle alors je me laisse faire. J’apprends donc que j’ai une mauvaise posture (je rentre instinctivement mes genoux vers l’arrière ce qui empêche le haut de mon corps de se propulser suffisamment et peut contribuer à des maux de dos), sûrement dû à plusieurs facteurs mais, à ma grande surprise, la danse classique y a peut être contribué. Bon, ben merde alors. Visiblement il y a une différence entre se tenir droite de manière naturelle et se tenir droite en étant raide comme un piquet.

Et puis on commence à regarder ma nuque. J’esquisse les mouvements demandés, simples. Ca coince. Tourner la tête sur le côté comme elle me le demande ? Ca tire un peu. Visiblement, mes muscles sont restés contractés trop longtemps à ce niveau-là. Résultats, ils ont “raccourci”, sont tous comprimés et les mouvements demandant une certaine souplesse semblent assez difficiles. Mais le pire vient au moment de basculer la tête en arrière. Impossible. Je douille comme jamais. Ca me tire comme si on me demandait un effort surhumain. C’est tellement compliqué que finalement, la kiné se retrouve à me masser, histoire de déverrouiller un peu tout ça. Rien que la sentant appuyer (même légèrement), j’ai mal, ma nuque est dure comme du béton (c’est pas moi qui ai utilisé ce mot). C’est désagréable, vraiment, et j’ai l’impression de ne le découvrir que maintenant.

Je repars avec des exercices à faire. Et ce qui ne devait être qu’une petite séance se transforme en une autre prise de rendez-vous. Parce qu’il va y avoir du boulot.

En sortant, je m’en veux et je me sens très bête. Je m’en veux d’avoir autant laissé traîner et d’avoir laissé empirer quelque chose qui aurait pu être résolu bien plus tôt et bien plus simplement. Je m’en veux de n’avoir pas cherché à savoir plus tôt comment résoudre ça. Je me retrouve d’un coup à 24 ans, avec une nuque qui n’est visiblement pas super en forme. Ca pourrait être pire, mais je réalise quand même que que ce n’était pas une petite douleur passagère, un pseudo-caprice. Deux ans, c’est long. J’ai laissé les maux s’installer tranquillement, et mon corps s’y est habitué au point d’éviter de faire certains mouvements… que je suis incapable d’exécuter à nouveau.

Je repense donc à toutes ces fois où j’ai répété, écrit, scandé qu’il fallait prendre soin de soi. Tous ces mantras pseudo-inspirants façon “your body is a temple“. Qu’on devait apprendre à s’écouter, que notre santé et notre bien-être devaient être une priorité sinon le reste ne suivait pas. Que notre vie se constituait comme une sorte de cercle, vertueux ou vicieux, mais qu’en tout cas, les choses se nourrissaient entre elles. Tout ça je l’ai dit la bouche en coeur, persuadée d’y croire et de montrer l’exemple. Et je dois bien avouer que je me suis pas mal mentie à moi-même et que j’ai un sacré boulot à faire pour simplement… m’occuper de moi.

Pourtant j’en ai fait du chemin à ce niveau-là mais pas autant que je le pensais. A un moment, la kiné m’a dit “Vous voyez vos muscles sont durs mais pas parce qu’ils sont musclés, ce serait plus profond sinon, là quand c’est dur comme ça, c’est qu’ils sont contractés. C’est plus superficiel.”

“Superficiel”, un peu comme mon discours quoi. Voilà la conclusion à laquelle j’en suis venue. Et il serait peut-être temps que ça change.

Je suis Buffy Mars et je suis la créatrice du blog "Tout est Politique" et de la chaîne Youtube du même nom. Féministe à tendance libertaire, j'ai ouvert ce blog afin de vous partager mon point de vue sur des sujets de société qui m'intéressent. Parfois via des articles de vulgarisation que j'essaie de sourcer au mieux (notamment grâce à mon intérêt croissant pour la sociologie) parfois via des billets d'humeur plus ou moins spontanés.

5 Comments

  1. julienselignac 23 octobre 2018 at 10 10 36 103610

    Mais c’est ce qu’il y a de plus difficile de s’occuper de soi… je suis aussi adepte du “et si je faisais comme si ça n’existait pas? mais quelle super idée!” et c’est long à soigner 🙂

    Reply
  2. . 23 octobre 2018 at 21 09 19 101910

    Eh oui, le corps, il faut en prendre un grand soin !
    J’ai vu un ostéo pour la première fois à 30ans, et ça a changé ma vie car mes problèmes ne pouvaient malheureusement pas se régler avec la kiné (malgré 20 séances !).
    Des années de souffrance, et enfin, une liberté, un poids en moins…
    Le dos peut nous en dire tant sur nous…

    Sinon, c’est naturel pour un kiné de regarder toute votre posture – surtout si c’est un généraliste qui vous envoie et non un orthopédiste.
    La posture en dit long sur nous, mais aussi nos pieds : pieds plats –> rentrants –> touchent les genoux –> les hanches et pour finir –> le dos !
    La manière dont on marche aussi, un décalage des hanches, jambe plus courte que l’autres, etc.

    A l’occasion, essayez de voir un ostéopathe, ça peut aussi vous changer la vie.
    Certains travaillent beaucoup avec le viscéral, qui lui est lié à notre vécu emotionnel, ce qui peut débloquer beaucoup de choses. Mais aussi bien évidemment remettre le corps en place de manière plus profonde que chez un-e kiné.

    Courage pour ce travail sur vous !

    Reply
  3. Kevin 2 novembre 2018 at 12 12 01 110111

    Prendre soin de son corps c’est toujours délicat.
    J’ai laissé traîner une douleur à mon pied gauche depuis 2 ans, qui venait, partait… Puis un jour, avant une compétition (je suis en club d’athlétisme, je fais du 800m) pour le test de mon temps, je chausse mes pointes, je cours à peine 100m et là mon pied me dit “Ouais, bon stop, arrête les conneries et va voir ce qu’il se passe”.
    Bah radio, echo, IRM, osté et podologue, on trouve ce que j’ai ! Mes hanches posent problème. Ma hanche gauche est plus en avant que la droite, du coup, les muscles tirent plus sur tout le reste et toute la chaîne qui permet le mouvement du pied est en constante contraction… Et tout ça à cause de… L’athlétisme, 800m, je tourne au tour d’une piste, la position etc fait qu’à force, le corps prend des “marques”… Donc pas le choix que d’avoir des semelles orthopédiques qui replacent comme il faut quand je marche etc…
    Bon courage pour les séances de kinés qui souvent, ne sont pas des moments de plaisirs….

    Reply
    1. Buffy Mars 6 novembre 2018 at 18 06 01 110111

      Merci Kevin, après près de 3 mois, j’arrive au bout 😉 !

      Reply

Laisser un commentaire