J’adore lire. Mais la réalité a été plutôt… irrégulière. A 5 ans, on m’a mis les Petites Filles Modèles dans les mains et paf ! C’était fichu. J’ai appris à lire assez tôt et j’ai très vite dévoré beaucoup de classiques pour enfants, sans grande difficulté. Les adultes y ont vite vu mon point fort et n’ont pas hésité bien longtemps à m’encourager dans cette voie-là. Pourtant j’ai l’impression d’avoir eu un parcours un peu décousu.

Grande lectrice plus jeune, j’ai boudé la lecture durant une importante partie de mon adolescence (de mes 12 à 16 ans je dirai). En réalité, pas grand chose ne m’intéressait à cette période de ma vie. J’aimais bien écumer les blogs, il m’arrivait de lire des fanfictions sous la couette, de piquer de la chick-lit de ma grande soeur mais de manière générale… je n’avais pas un intérêt prononcé pour quoi que ce soit. Pourtant, il allait de soi que j’irai en 1e L, car je gardais quand même un attachement aux livres, à la littérature. Mais j’avais un peu l’impression que ma passion s’était essoufflée.

Il aura fallu que j’ai 16 ans, durant un été en Espagne, pour que je reprenne goût à ça. Sans grande conviction, j’avais pris avec moi quelques livres que je connaissais déjà. Mon père, plus prévoyant, et sachant que j’allais tout dévorer (trop) rapidement, avait fait une petite pile de livres qu’il avait lu lorsqu’il avait mon âge et qu’il avait aimé. J’ai dû liquider une dizaine de romans en à peine quelques jours.

A partir de là, c’est un peu comme si on m’avait donné une seconde chance. Et j’ai recommencé à lire. Et plus les années sont passées, plus j’ai lu. Je me suis prise d’amour pour la littérature américaine, notamment du XXe siècle (avec un petit coup de coeur pour la Beat Generation) mais aussi pour la littérature russe et ses envolées lyriques. J’ai découvert ce que j’aimais plus que tout, les romans d’apprentissage. J’ai tâtonné, eu des déceptions et d’immenses coups de coeur qui m’ont permis de réaliser ce que j’aimais lire.

L’université a été une porte d’entrée vers d’autres lectures, notamment d’ouvrages théoriques en Sciences Humaines et Sociales. Ce n’était plus de la littérature et pourtant, j’y ai trouvé une autre forme de passion… et je n’ai jamais pu m’en détourner, même après la fin de mes études. Cela fait d’ailleurs désormais 2 ans que j’ai quitté les bancs de la fac. Moi qui croyais que j’allais abandonner mes livres pour un quotidien plus chronométré, ainsi que ces sujets vus et revus durant ma scolarité, il n’en n’est rien… et j’en suis moi même surprise !

Je n’ai jamais autant savouré que de passer une heure au calme, sous la couette, à lire avant de me coucher ou alors sous un plaid dans mon canapé en rentrant du travail. Plus je lis, plus j’ai l’impression de retrouver une forme de sérénité et d’apaisement… comme si dans ces moments-là, beaucoup de choses faisaient sens, que je me sentais entière et complète dans ma vie.

Je ne compte pas le nombre de livres que je lis par semaine ou par mois, ni le nombre de pages, ni le nombre d’heures que j’y passe et je ne tiens aucune liste. J’ai déjà une consommation un peu trop rapide à mon goût (j’ai parfois du mal à apprécier ma lecture actuelle car je pense déjà à la suivante) et j’essaie de ne pas rentrer dans des logiques consuméristes et de rapidité. Certaines lectures me demandent parfois plus d’efforts, me semblent un peu moins accessibles aux premiers abords tandis que d’autres sont bouclées en quelques heures à peine.

Aimer lire, lire souvent et lire beaucoup, implique des choix. Je regarde moins de séries et de films qu’avant (tant mieux, j’ai peaufiné ma sélection…!), j’ai une utilisation des réseaux sociaux beaucoup plus raisonnée (quoique à perfectionner…), et mon écoute des podcasts se fait rare. Mais j’ai aussi admis, dans un sens, qu’on ne pouvait pas être partout et qu’il fallait suivre ses envies.

Le seul point commun que je leur trouve (à toutes mes lectures) c’est que j’attache une importance à ce qu’elles me fassent du bien. J’ai besoin d’avoir l’impression que lecture m’a été, au fond, utile, même si c’est d’un point de vue purement émotionnel. J’ai besoin qu’il y ait eu du sens, que ce temps passé à lire n’ait pas été vain.

Et vous, vous aimez lire ?

Lisez-vous suffisamment à votre goût ?

Si oui, que lisez-vous ?

Je suis Buffy Mars et je suis la créatrice du blog "Tout est Politique" et de la chaîne Youtube du même nom. Féministe à tendance libertaire, j'ai ouvert ce blog afin de vous partager mon point de vue sur des sujets de société qui m'intéressent. Parfois via des articles de vulgarisation que j'essaie de sourcer au mieux (notamment grâce à mon intérêt croissant pour la sociologie) parfois via des billets d'humeur plus ou moins spontanés.

24 Comments

  1. LeReilly 14 août 2018 at 10 10 38 08388

    J’ai littéralement 6-8 livres entamés et pas terminés au pied du lit en ce moment, rien ne va plus.

    Reply
  2. gonewiththehurricane 14 août 2018 at 11 11 07 08078

    Si j’aime lire… C’est un euphémisme. Comme toi, je suis tombée dedans toute petite, ma mère et ma grande soeur m’ayant montré l’exemple et ayant toujours mis à ma disposition leurs découvertes. Je pense que le rôle de la famille est majeur en ce sens, car il permet de mettre ou non à portée de main des lectures diverses, et à nous encourager à nous lancer…
    Je lis vraiment très vite – si je ne fais que ça, je peux lire un roman de 300 pages en une journée. Cela a pu me poser problème car ma PAL se trouvait vite asséché, la bibliothèque n’étant pas tout près de chez moi et les achats de livres revenant cher (même si je les ai toujours privilégié sur d’autres choses). Mais depuis trois/quatre ans, avec l’université et la charge de travail que cela implique, je lis bien moins qu’avant. J’ai fait des doubles diplômes, ce qui a entraîné un emploi du temps très chargé, et souvent le soir, je suis trop fatiguée pour me concentrer sur un livre. Je lis donc essentiellement pendant les week-ends et vacances mais avec toujours autant de plaisir et j’espère pouvoir lire plus lorsque j’aurai fini mes études.
    Ce que je préfère lire, ce sont les romans historiques et les récits de vie (biographies, autobiographies, ou fictions mais très réalistes). J’y puise des émotions fortes et des inspirations pour le quotidien…

    Reply
    1. Buffy Mars 15 août 2018 at 0 12 16 08168

      Hello, merci pour ton commentaire ! Je suis entièrement d’accord avec toi et sur les fait que les adultes (notamment la famille) ont un rôle clé dans notre plaisir ou non de la lecture.

      Reply
  3. AMBROISIE 14 août 2018 at 12 12 17 08178

    Je suis comme toi, j’aime que les livres que je lis aient du sens, pour y forger le propre sens de ma vie Rencontrer des personnages de tous horizons et vivre par procuration pour apprécier ma vie réelle.

    Reply
    1. Buffy Mars 15 août 2018 at 0 12 16 08168

      “vivre par procuration” : ma vie haha

      Reply
  4. Lison 14 août 2018 at 14 02 03 08038

    Ah, lire, c’est marrant, je pensais faire un article sur le sujet prochainement. Comme toi j’ai lu très tôt, avec goût et facilité (et c’est sûrement lié), puis j’ai un peu mis de côté cette pratique au collège (je crois que c’est le cas chez beaucoup d’adolescents) et aujourd’hui je lis régulièrement et ma liste d’envies de lectures s’allonge de jour en jour. J’aimerais lire plus vite parfois, comme toi, je pense à ma prochaine lecture, ce qui m’empêche parfois de savourer ma lecture actuelle. Je lis surtout des romans, j’aime les “lectures ordinaires” (autobiographies, journaux intimes…) et les histoires qui se passent dans un cadre historique particulier. Par exemple, je lis en ce moment “Le club des incorrigibles optimistes”, roman qui se déroule sur un fond de guerre d’Algérie. J’apprécie aussi de plus en plus les essais liés à la sociologie, l’anthropologie, la communication… Et d’ailleurs, j’attends avec impatience ton prochain booktube 😉

    Reply
    1. Buffy Mars 15 août 2018 at 0 12 19 08198

      Je pense que tu as raison : à l’adolescence on se détourne souvent pour d’autres centres d’intérêt :).
      Mon prochain booktube arrivera sans aucun doute début septembre avec toutes mes lectures de cet été 😉

      Reply
      1. Lison 23 août 2018 at 17 05 41 08418

        Joie ! (pour le booktube)

        Reply
  5. Lybertaire Bibliolingus 14 août 2018 at 14 02 26 08268

    Chouette article! Lire, c’est ma drogue, et depuis toujours, sans jamais de trêve. J’ai choisi d’en faire mon métier, et je ne regrette pas, car contrairement à d’autres, l’envie viscérale de lire n’est jamais partie, même si je bosse 8 ou 9h par jour sur un livre, le soir la lecture est toujours un bonheur! Je regarde également très peu de films et de séries, depuis toujours, alors je les sélectionne bien, et ils sont souvent en lien avec ce que je lis 🙂 Lire pour moi c’est vraiment une découverte de soi, du monde et des autres, et cela participe de ma politisation. Et comme lire reste une activité solitaire, j’ai créé mon blog de lecture pour partager mes avis, et une association librairie pour faire découvrir des éditeurs méconnus, et mon quotidien est sans cesse tiraillé entre le temps du livre et le temps passé à boire des coups avec mes potes!! Je lis entre 40 et 50 livres par an, selon les années, mais comme toi, je ne fais pas la course. Certains livres (surtout en ce moment où je ne lis que des essais sur le féminisme, le spécisme, l’écologie et l’action directe) demandent davantage d’efforts et de temps, mais cela veut dire aussi que ce sont probablement des lectures réellement instructives 😉

    Reply
    1. Buffy Mars 15 août 2018 at 0 12 19 08198

      “Lire pour moi c’est vraiment une découverte de soi, du monde et des autres, et cela participe de ma politisation. ” OUI OUI OUI je ne peux que valider !

      Reply
        1. Buffy Mars 20 août 2018 at 20 08 49 08498

          cet engouement collectif fait plaisir à lire !

          Reply
  6. julienselignac 14 août 2018 at 19 07 34 08348

    Merci pour ce partage! ho oui, j’aime lire… en CE1 déjà, un de mes profs trouvait que je lisais trop pour mon âge (véridique^^) et entre 12 et 16 ans, j’ai eu une longue période science-fiction. Depuis la fac, je lis plein de livres en sciences humaines et sociales (dernier en date, fin juillet: “La femme nouvelle. Genre, éducation, révolution 1789-1830” de Caroline Fayolle) je lis pas assez à mon gout, mais bon… par contre, je fais toujours des listes à acheter 🙂 j’aime me dire que j’ai appris quelque chose dont je n’avais pas idée auparavant. Parfois aussi, je veux répondre à une question que je me pose intuitivement (comment les noirs et les femmes ont été exclus du statut de citoyen? comment la lecture contre-révolutionnaire des diverses révoltes du 19e siècle est-elle devenue une doxa? à quelle république fait-on allusion quand on dit “la république”? ce genre de choses)

    Reply
    1. Buffy Mars 15 août 2018 at 0 12 20 08208

      “Lire trop” ? Mais qu’est-ce que cela veut dire haha !
      Moi aussi, parfois je me mets à faire des listes de ce que je dois acheter puis je me ravise sinon je ne m’en sors plus !

      Reply
  7. julienselignac 15 août 2018 at 0 12 27 08278

    je sais pas trop^^ peut être parce que timide, jouant peu avec les autre enfants et dans mon monde imaginaire… trop de catégories dans la tête des gens. Trop de sujets intéressants en effet, de quoi se ruiner 🙂

    Reply
  8. hadiya 15 août 2018 at 11 11 07 08078

    J’ai très longtemps été un lecteur contrarié. Durant ma jeunesse j’ai devoré énormément de BD alors que toute ma famille me poussait à lire des livres. Le point culminant a été quand on m’a forcé à lire Harry Potter a l’école des sorciers, il m’en est resté un ressentiment contre cet univers…

    Néanmoins en grandissant (après le lycée) j’ai commencé à me remettre à lire, essentiellement des livres historiques mais maintenant je lis un peu de tout. J’essaye aussi de rattraper un peu mon ‘retard’ en matière de livres classiques en ce qui concerne les romans et les essais de philosophie.

    De nature assez solitaire, je me complais dans la lecture même si j’y passe moins de temps que ce que je voudrais : difficile de jongler entre ça les séries, les films, les jeux vidéo…
    En tout cas merci beaucoup pour ce billet, coïncidence du calendrier, je pars justement quelques jours en vacances, et j’ai apporté Lolita dans ma valise. Ayant adoré le film j’ai vraiment hâte de le lire.

    Reply
    1. Buffy Mars 20 août 2018 at 20 08 49 08498

      Il ne faut jamais forcer les gens à lire ce qu’ils ne veulent pas, ça a tendance à les dégoûter ! Mieux vaut les aiguiller dans leur passion 😉
      Grande fan de Lolita que je suis, je te souhaite une très belle lecture

      Reply
  9. Tinhy 15 août 2018 at 13 01 37 08378

    Je lisais beaucoup étant petite et j’ai arrêté vers le lycée je crois. J’ai vraiment repris il y a 3 ans, grâce à Goodreads et aux challenges de lecture ! Depuis, je lis pas mal, beaucoup de romans généralement, mais depuis l’an dernier, je lis beaucoup d’essais féministes !
    Hâte que tu lances ton book club 😉

    Reply
    1. Buffy Mars 20 août 2018 at 20 08 50 08508

      Merci pour ton commentaire ! 🙂 Goodreads est assez sympa comme plateforme, je l’ai découverte il y a peu 🙂

      Reply
  10. La Nébuleuse 15 août 2018 at 14 02 09 08098

    De mon côté je suis un peu tombée dedans quand j’étais petite, mon père est prof de français, ma mère documentaliste, ma grand mère bibliothécaire… J’ai lu très tôt et beaucoup (vraiment beaucoup), au point qu’on trouvait que je lisais trop effectivement ! ça a duré jusqu’à la fin du collège, ensuite au lycée je lisais toujours pas mal mais déjà le rythme s’est ralenti, avec des journées de boulot bien plus longue, davantage de sorties à l’extérieur. Ensuite à la fac ça s’est encore davantage ralenti en ce qui concerne la lecture de livres papier (particulièrement de fictions) parce que : les réseaux sociaux, les séries télé, la lecture d’articles de presse… J’ai eu le sentiment que les livres m’avaient fait décrocher en quelque sorte de la réalité sociale, je me sentais souvent décalée avec les gens de mon âge petite, donc j’ai surcompensé ça en lisant très peu pendant quelques années sauf en périodes de vacances. En ce moment j’essaie de retrouver un rythme un peu plus régulier 🙂

    Reply
    1. Buffy Mars 20 août 2018 at 20 08 51 08518

      Effectivement.. l’entourage familial aide 😉
      Je crois que nous sommes beaucoup à avoir décroché au collège malheureusement..pour y revenir plus tard, mais c’est clair que c’est difficile de caler la lecture dans un emploi du temps d’adulte !

      Reply
  11. Elodie 16 août 2018 at 13 01 32 08328

    Oui, oui, oui ! J’ai appris à lire tard, avec un peu de retard par rapport à la moyenne – j’ai changé d’école et quand je suis arrivée en CE1, j’étais la seule enfant de la classe à ne pas savoir lire. Autant dire que le problème a été vite réglé, non seulement j’ai appris rapidement, mais en plus dès qu’on m’a mis les aventures de Fantômette dans les mains, j’ai commencé à coûter (trop) cher à mes parents en matière de bouquins ahaha. L’année d’après je découvrais Harry Potter et les “gros” livres, par rapport à mes lectures d’enfant, et depuis je n’ai jamais cessé. J’ai eu un goût très prononcé pour le fantasy dans mon adolescence, je me suis même mise à ne rechercher que des très gros livres pour ne pas les finir en une journée (et c’est pas forcément une bonne chose, parce que je suis devenue trop pointilleuse sur le contenu et j’ai eu une longue période où j’avais oublié le plaisir simple d’un contenu léger). En grandissant, je me suis passionnée pour la littérature classique, la poésie, les polars, les romans noirs, et le fantastique s’est dissipé pour ne réapparaître que de temps en temps. Avec la fac, comme toi, je n’ai pas échappé à la découverte et la passion pour les ouvrages de sciences humaines et sociales, qui ont façonné ma vision sur tout un tas de choses et le monde en général. Mais, aujourd’hui, c’est la panne sèche … depuis un an et demi, à la suite d’une rupture compliquée et d’une chute libre dans ma vie, je n’arrive plus à lire. Passer de tant d’années à tout dévorer avec passion, à plus rien du tout, c’est dur. Vraiment dur. Je fais un blocage que je n’arrive pas à surmonter, j’ai des tas de bouquins commencés mais inachevés, je continue toujours d’en acheter mais même mes auteurs préférés ne comblent plus la plaie. J’ai vraiment l’espoir que ça revienne naturellement quand j’irais mieux dans ma vie et surtout avec moi-même, parce que la lecture est beaucoup trop importante pour ne devenir qu’un souvenir ! et puis, j’ai hâte de vivre à nouveau par procuration à travers les pages ahaha.

    Reply
    1. Buffy Mars 20 août 2018 at 20 08 52 08528

      Ooooh mais oui, Fantomette ! <3
      Sur une note plus sérieuse, je te souhaite sincèrement de retrouver le plaisir de la lecture prochainement (j'ai connu ce genre de passages à vide, pour d'autres raisons, je sais que ça bouffe..)

      Reply

Laisser un commentaire