Road-trip en Norvège #1 : astuces & conseils

Aaaah ! Enfin je vous écris cet article, le premier d’une petite série (il y en aura 4 au total, j’ai décidé d’essayer de synthétiser au maximum) relatant mon road-trip de 10 jours en Norvège de fin septembre ! Après avoir crapahuté en Ecosse cet été, je me suis envolée pour le pays des vikings avec mon meilleur ami et un autre ami peu après le début de l’automne (oui, et je ne vous en parle que maintenant, #flemme).

Complètement surexcitée et pleine d’appréhension, je suis revenue de ce voyage de 10 jours avec des étoiles plein les yeux… et bien décidée à vous raconter ! J’espère sincèrement que cela vous plaira et vous transportera également car la Norvège est un superbe pays dont je suis totalement tombée amoureuse et qui me donne encore plus envie de découvrir la culture scandinave !

Pour ce premier article donc, j’ai décidé de revenir sur quelques petits points qui peuvent être bien pratiques quand on décide de partir en vacances en Norvège. J’espère que ces conseils vous aideront et vous permettront d’en savoir un peu plus sur ce merveilleux pays et sur les raisons m’ayant poussé à y aller!

NOTRE VLOG ! 

Mais forcément… je ne pouvais pas vous laisser sans un superbe vlog 😉 ! J’espère qu’il vous plaira car j’ai adoré le réaliser (même s’il m’a rendu très nostalgique). 

Pourquoi partir en Norvège ?

Cela fait un sacré bout de temps que je mourais d’envie de découvrir les pays scandinaves. Je pense que cela ne vous a pas échappé mais depuis quelques années désormais, il y a un véritable fantasme autour de ces pays nordiques qui ont l’air incroyablement parfait, plus progressistes et “avancés” que nous sur tout un tas de questions politiques, économiques et sociales. Je pense que comme beaucoup d’entre vous, je n’ai pas attendu l’arrivée de la série Vikings pour être prise de curiosité par ces pays ! Véritable culture du minimalisme et j’en passe : il y a de quoi en faire rêver quand on lit des articles sur ce sujet. Forcément, quand on sait que la Norvège est à moins de 03 heures d’avion de Paris… ça donne envie d’aller y jeter un coup d’oeil pour se faire sa propre idée. En plus de ça, je suis une amoureuse des montagnes, des lacs et de ce genre de paysages (d’où le fait de partir en Ecosse en pleine saison estivale, meh) : je savais pertinemment que j’allais m’y sentir comme un petit poisson dans l’eau.

Notre itinéraire pour 10 jours en Norvège

Comme pour l’Ecosse, j’ai bricolé notre road-trip en flânant sur le net, en lisant quelques témoignages et articles de blog sur le sujet. En dix jours, il est impossible de croire qu’on va pouvoir remonter jusqu’au Nord du pays et nous avons donc décidé de partir d’Oslo, de faire un tour à Stavanger, Bergen puis de remonter jusqu’à Alesund (en s’arrêtant entre temps pour faire quelques escales et notamment à Geiranger). C’était ce qui nous semblait le plus réalisable à faire en moins de deux semaines.

Idéalement, si vous en avez le temps (et l’argent !), je vous conseille sincèrement de prendre au moins 15 jours (mais bon… j’ai envie de dire, c’est un peu logique quand on cherche à découvrir un pays à son max) et de ne pas hésiter à remonter encore plus au nord. Pour ce premier voyage, il me semblait important de découvrir “les villes” de Norvège. Avec du recul, je pense que je vois les choses un peu différemment.

Je m’explique.

Tout le monde n’arrêtait pas de me parler de Stavanger, notamment parce qu’il y a le Pulpit Rock à plusieurs dizaines de kilomètres. Le fait est que Stavanger représentait un gros détour (800km d’Oslo, quand même) et je me suis dit qu’on pouvait faire ce petit sacrifice et y aller… seulement, à la période où nous y sommes allés (fin septembre), le temps était très pluvieux et brumeux : monter au Pulpit Rock est peu recommandé et guère agréable. Je le savais et avais donc décidé que nous nous concentrions sur la ville de Stavanger (en plus, nous n’avions pas encore la voiture que nous ne prenions qu’à Bergen). Mais, concrètement, en dehors du Pulpit Rock, Stavanger n’est pas la ville la plus à tomber par terre qui existe (j’ai largement préféré Bergen, par exemple) et après avoir fait le vieux Stavanger et le rocher aux 3 épées, on a vite fait le tour. Je ne regrette absolument pas d’avoir découvert cette petite ville mais je pense qu’on aurait carrément pu s’en passer pour 10 jours en Norvège à la saison où nous y sommes allés.

A savoir en plus (et je pense le faire plus souvent à l’avenir) que se “forcer” à aller aux endroits incontournables est parfois assez… blasant. J’aime beaucoup découvrir de belles villes (la capitale d’un pays par exemple) mais quand je pars en vacances et que je fais le tour d’un pays, j’aime aussi aller en pleine nature dans des endroits superbes où on ne croise pas trop de touristes (une bonne raison de partir en hors saison, hé!). A savoir aussi que dans des pays peu peuplés comme la Norvège, une fois les vacances d’été terminées, les villes sont encore plus vides (je pense à Åndalsnes ou Ålesund) et il n’y a pas grand chose à faire. Fort heureusement, pour cette dernière, nous n’y sommes allés que pour prendre notre avion mais c’est aussi une chose dont il faut se rappeler: toutes les villes, même les plus peuplées, ne sont pas forcément intéressantes à visiter quand on est touriste !

Enfin, si je devais retourner en Norvège je pense que je m’arrêterais (rien que pour le plaisir) à Oslo avant de prendre un avion jusqu’à Trondheim pour ensuite m’envoler jusqu’aux îles Lofoten bien plus au Nord mais que j’aurai adoré faire ! Si nous étions restés plus longtemps, c’est ce que j’aurai fait après être montés jusqu’à Ålesund.

Point important : là où je disais qu’il était possible de faire un road-trip en bus en Ecosse, les choses sont plus compliquées en Norvège et si vous n’avez pas le permis, ça devient vite clairement plus galère. La Norvège est comme un gros gruyère composé d’eau et il faut sans cesse prendre des ferrys. De plus, c’est un pays très peu peuplé et aller d’une ville à l’autre est rapidement compliqué car, en dehors des périodes estivales, il n’y a pas forcément beaucoup de bus.. et encore moins pour les endroits plus reculés (je pense à Geiranger qui n’a quasiment aucun bus une fois les vacances d’été terminées…).

Vrai ou faux ?

En Norvège, il fait froid ! …ça dépend !

Effectivement, la Norvège est un pays nordique et en hiver, les températures peuvent vite chuter. En attendant, en été, le temps y est incroyablement ensoleillé ! D’ailleurs, tout dépend de l’endroit où vous êtes en Norvège (c’est comme nous en France, la côte d’Azur et la Bretagne : ça n’a rien à voir). Par exemple, à Oslo il faisait 17° quand je suis arrivée et le temps était assez doux. A Bergen par contre,  il faisait entre 12 et 14° mais le climat était clairement moins clément : Bergen est ville la plus pluvieuse du pays, il y tombe des violent trombes d’eau toutes les dix minutes et il y a énormément de vent ! Enfin, nous sommes remontés plus au Nord et le temps était très agréable : certes, en pleine nuit il faisait très froid, mais durant la journée, le ciel était sans aucun nuage et il y avait un soleil radieux ! Bref, en conclusion : c’est très fluctuant, prenez de quoi vous couvrir mais les températures peuvent vite changer ! Par contre, la nuit tombe très vite dès que vous montez vers le Nord (forcément). Enfin bref, pensez à prendre une veste bien chaude, des collants et des chaussettes en laine si vous partez à la fin de l’été et que vous remontez le pays (mais ça reste largement supportable).

La Norvège, c’est (très) cher ! …VRAI !

Il paraît que c’est le deuxième pays le plus cher après la Suisse. Et bah… NOM DE DIEU, CA SE RESSENT. Les prix sont exorbitants car le niveau de vie est plus élevé que celui de la France et c’est à en tourner de l’oeil (nooon j’exagère pas du tout). Après quelques jours, on a encore du mal à s’habituer aux sandwichs à plus de 8€ (et pourtant, niveau prix ultra élevé, Paris est plutôt pas mal..) et j’en passe.  En gros : il va falloir (bien) économiser !

  • Bon, je vous rassure, à la différence de la Suisse, si vous tombez malade en Norvège : les prix restent bien plus abordables niveau médicaments (ça a été un gros soulagement d’ailleurs puisque je me suis chopée une belle crève).

Mes conseils :

  • Le logement : d’abord comme pour l’Ecosse, n’hésitez pas à checker du côté de Booking et d’Hostel World, il y a quelques de campings qui restent ouverts même quand la saison estivale se termine (et en plus.. y a quasiment personne hihi). D’ailleurs, il y a un nom pour ces habitations typiques : les hytter, des petites cabanes en bois (des chalets quoi) qui sont bien moins chères et super agréables. Et enfin, n’oubliez pas les auberges de jeunesse qui restent à un prix plus élevés que celles en France mais qui, justement, vous permettront de ne pas dépenser tout votre budget dans votre logement. En s’y prenant un peu à l’avance et en checkant les promotions sur Booking régulièrement, vous pourrez faire de sacrées affaires : c’est comme ça que j’ai réussi à faire en sorte qu’on en est pour moins de 200€ chacun pour 10 nuits soit moins de 20€ par nuit.. 😉 Si vous partez en plein été, n’oubliez pas que le camping sauvage est possible (oui, oui.. bon, prenez soin de respecter la nature !)
  • Les transports : comme je l’ai dit plus en haut, la voiture est fortement recommandée si vous décidez de partir à l’aventure ! Location de la voiture + essence… tout ceci représente un budget ! Sans compter les ferrys ! Et oui, ce pays est un véritable gruyère et en 10 jours, nous avons dû en prendre 4 ou 5. Or, tous les ferrys sont payants (et non, il n’y a pas de cartes de réduction qu’on peut choper sur le net pour rentabiliser).
  • La nourriture : forcément, les restaurants sont hors de prix et on a vite fait de se restaurer dans des petits cafés (bon point : il y en a plein) ou de s’acheter de quoi se préparer des sandwichs. Point important : on a trouvé que niveau “veggie-friendly“, c’était pas trop trop ça. Il y a bien quelques enseignes qui proposent des plats végétariens/liens ou tout VG mais par exemple, difficile de trouver des alternatives aux produits laitiers dans les supermarchés (et on en a quand même fait pas mal à plein d’endroits différents). Et plus vous sortez des grandes villes, plus ça se complique (à la différence de l’Ecosse par exemple).
  • Les loisirs : Les musées coûtent très cher : si vous passez plusieurs jours à Oslo, n’hésitez pas à prendre une carte -je ne sais plus laquelle mais elle est trouvable sur le net- pour pouvoir faire plusieurs musées sans payer à chaque fois. Elle coûte plus de 100€ mais je vous assure elle se rentabilise (très) vite. Pour le reste, n’oubliez pas que la Norvège est un pays où il fait bon de marcher et que les paysages sont superbes.. et ça, c’est gratuit ! Enfin, si vous décidez de faire des croisières pour admirer les fjords, sachez qu’elles sont assez chères mais peuvent valoir le coup (j’en ai vu à 50€, 75€..)!
  • Les péages : cela se fait “automatiquement”. En gros, quand vous prenez une autoroute, un radar prendra en photo votre plaque d’immatriculation pour vous envoyer la facture. C’est comme ça qu’on se retrouve à payer des traversées de pont durant 4 minutes pour 8€… 🙂

En Norvège, les gens sont désagréables. FAUX

J’ai très souvent entendu ce cliché et j’aimerai revenir là-dessus car ça me chiffonne pas mal. Beaucoup de français m’ont dit que les Norvégiens étaient peu souriants et mal-aimables… et je dois dire qu’en 10 jours et en ayant fait aussi bien des petits villages que des villes, je n’ai pas vraiment remarqué ce détail. En revanche, j’ai lu dans plusieurs guides de voyages et je l’ai remarqué aussi : leur rapport à autrui est simplement différent. C’est un pays qui essaie de conserver un certain style de vie. De plus, il est souvent souligné qu’ils sont individualistes mais pas dans le sens “égoïstes” : ils sont plutôt introvertis (enfin, aux premiers abords), n’ont pas la même familiarité avec les inconnus comme on peut le retrouver dans d’autres pays. Mais concrètement, ils ne sont ni désagréables, ni malpolis ou incapables de décocher le moindre sourire. Au contraire, ce sont des gens très gentils et serviables ! Et puis bon.. quand on voit tous les clichés sur les Parisiens, je vais pas commencer à croire toutes les idées reçues. 😉

En Norvège, on mange mal. VRAI… ET FAUX

Comme je l’ai dit : les restaurants ont un prix rapidement élevé et on a vite fait de se rabattre sur des petits cafés ou dans des supermarchés. Bon, globalement, j’ai trouvé que la nourriture n’était pas trop mal (quoique peu vege-friendly comme déjà dit) : ils font des plats simples, faciles à faire et qui sont très bons. Certes, certains fruits manquent un peu de saveur mais clairement, vous pouvez manger tout à fait correctement.

En Norvège, ils sont vachement progressistes ! … C’EST COMPLIQUE

Ahlala, on en aura vu des articles décrétant que la Norvège (ou la Suède, ou la Finlande, BREF, les pays du Nooord) était THE pays rêvé pour les femmes et que sais-je encore. Et bien, même si j’en avais parlé sur Twitter durant mon périple, j’aimerai revenir là-dessus. Oui, il y a plus de parité et oui, les salaires sont plus “égaux” entre les hommes et les femmes. Mais, first news : le nombre de femmes violées ou battues n’est magiquement pas “plus bas”.

Pourquoi ? D’abord, ce genre de changement demande du temps : l’éducation en faisant partie et cela ne disparaît pas en un claquement de doigt (et certes, niveau éducation, je ne nie pas qu’ils tentent des trucs) mais surtout, les institutions doivent être modifiées à leur racine et être radicalement remises en question. Dans les pays scandinaves, globalement, certains sujets portant surtout sur les femmes (la pornographie ou encore la prostitution) souffrent encore de point de vue conservateurs.

A cela, s’ajoute que la Norvège est un pays profondément patriotique (ohlala ! ça par contre, ça se voit direct). Alors, non, pas dans le sens que nous les français avons : c’est un patriotisme dit “progressiste”, dit de gauche, s’étant fondé sur le symbole du travailleur. Mais, cette idée persiste énormément dans leur vision du féminisme par exemple. En gros, la parité est importante, l’égalité salariale et la diversité dans certains secteurs professionnels aussi, parce que les femmes représentent une main d’oeuvre pour construire le pays, pour l’aider à se créer. Tout est vu par ce prisme : le travailleur est là pour son pays (je parle bien du pays hein, pas de la société), peut l’aider à se développer. Et forcément, ce genre de vision a ses limites.

Bref, revenir sur ce point me semblait important car il me semble important de comprendre les limites d’un féminisme dit “d’Etat”, qui se conforte sur ses institutions. J’ai beaucoup de mal avec cette notion de “progressisme” quand elle ne montre qu’une vision superficielle.

Allez, je vous dis à très vite pour un nouvel article sur ce beau pays ! 

5 Comments

  1. tendances4ever

    2 juin 2017 at 13 01 43 06436

    J’aimerai bien partir la-bas merci pour ces bons conseils
    des bisous

  2. liylinternet

    10 juin 2017 at 16 04 37 06376

    Merci pour cet article!
    Je vis actuellement en Norvège, et je trouve que tes observations sont très justes. Notamment sur la place de la femme. Le gouvernement met pas mal de choses en œuvre pour que institutionnellement, il y ait une égalité. Cependant, les stéréotypes de genre restent ultra présents; hommes et femmes sont souvent séparés (en soirée notamment, quand un étranger débarque et qu’il parle à tout le monde avant que l’alcool ne monte, ça donne des situations plutôt drôles). À l’école, les sports sont aussi très genrés: handball pour les filles, foot pour les garçons. Les femmes s’habillent également de manière très “féminine”: ce qui est bien, c’est qu’elles ne sont pas harcelées, mais j’ai un peu la sensation qu’il y a une pression de groupe. D’ailleurs, les rares conversations que j’ai eu sur le sujet avec des norvégiens ont été vite détournées; il y a un côté tabou à cette égalité parfaite en surface. Bravo pour avoir repéré ça en deux semaines, j’ai mis plusieurs mois avant d’en prendre totalement conscience!

  3. BUFFY MARS - Road-trip en Norvège #2 – Oslo

    12 juin 2017 at 12 12 36 06366

    […] ! Après mon premier article sur la Norvège où je vous partageais mon vlog ainsi que mes conseils pour y faire un road-trip de 10 jours, me […]

  4. Road-trip en Norvège #2 – Oslo – Buffy Mars

    19 juin 2017 at 19 07 20 06206

    […] ! Après mon premier article sur la Norvège où je vous partageais mon vlog ainsi que mes conseils pour y faire un road-trip de 10 jours, me […]

  5. Road-trip en Norvège #3 – Stavanger & Bergen – Buffy Mars

    26 juin 2017 at 18 06 00 06006

    […] où j’ai été un peu plus déçue pour la première ville (je vous en parlais déjà dans mon tout premier article mais je vais revenir brièvement dessus dans ce post), la seconde m’a en-chan-té et a été […]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :