Comment devenir végétarien/végétarienne ?

Quand j’ai écrit mon article où j’expliquais être devenue végétarienne, vous avez été pas mal à me demander sur Twitter comment s’était déroulé “ma transition”, et comment j’avais fait pour réussir à arrêter la chair animale étape par étape. C’est vrai qu’il peut être difficile de se lancer et de s’y tenir mais selon moi, la clé est de prendre son temps, histoire de ne pas se sentir frustré.e !

Comment arrêter la chair animale petit à petit ?

  • Y aller par étape
Lorsque j’ai décidé de réduire ma consommation de chair animale, le 01er janvier 2016, je savais que le chemin allait être fastidieux. En effet, c’était tout un tas de petits rituels que j’allais devoir oublier (les lardons dans les pâtes, le blanc de poulet sous vide quasi-quotidien..). Des gestes auxquels je ne pensais même pas quand je les consommais. J’ai décidé de me fixer des paliers en tenant un calendrier sur le long terme. Mais, mon cas est un peu particulier : je voulais réduire au maximum ma consommation de viande mais je n’avais jamais pensé réussir à totalement l’arrêter ou en tout cas, pas aussi rapidement (au bout de 3 mois, je devenais végétarienne sans l’avoir vraiment prévu).
Cependant, je pense que cela peut être un bon moyen pour se motiver : se fixer une date butoir fonctionne pour pas mal de gens. Après, rien ne vous oblige à la fixer aussi tôt : vous pouvez décider de devenir végétarien.ne dans 6 mois, 1 an.. D’ailleurs, là encore, si le fait de devenir végétarien.ne vous semble trop difficile (je pense aux gros.se.s mangeurs/ses de viande qui aiment en consommer quasiment à chaque repas), fixez-vous vos propres objectifs : “dans 6 mois je ne dois manger de la viande que 3/semaine etc.”  Forcément pour certaines personnes, ceci reste quand même énorme. Mais pour moi, il vaut mieux y aller à son rythme plutôt que de surestimer ses capacités. Concrètement, il s’agit de votre assiette, de votre rapport à la nourriture, de vos habitudes d’alimentation. N’allez pas plus vite que la musique ! Le plus important est de rester régulier/ère sur la durée.
Dans mon cas, voici comment j’avais décidé de fonctionner : 
Mois de Janvier : 3 repas par semaine avec de la chair animale grand maximum
Mois de Février : 2 repas par semaine avec de la chair animale grand maximum
Mois de Mars : 1 repas par semaine avec de la chair animale grand maximum
… les choses ont fait que mi-mars, je mangeais plus du tout de chair animale sans trop m’en apercevoir
  • J’aime beaucoup trop certain.e.s viandes/poissons, comment faire ?
Cela arrive ! Auparavant, j’affectionnais tout particulièrement le poulet et le saumon. Peu importe les reportages que je pouvais voir, je ne pouvais pas m’en passer, culpabilisant mollement une fois un repas en contenant terminé.. pour mieux en remanger par la suite ! Je savais que c’était “mes ennemis” et c’est bien pour ça que j’ai décidé de me concentrer dessus (oui, connaître ses faiblesses : c’est bien). D’abord, lorsque je réduisais ma consommation de chair animale, j’ai décidé de profiter au maximum des fois où je mangeais de la viande/du poisson en me tournant vers de la bonne viande, avec du goût, bien préparé et si possible, faisant partie de mes préférées.
 
  • Point positif n°1 : cela m’a empêché un sentiment de frustration et de “manque” qui m’aurait poussé à un gros craquage (en mode “osef, je me fais un énorme plateau de makis saumon même si j’ai déjà mangé de la viande cette semaine !“).
  • Point positif n°2 : à force d’en manger continuellement.. ben je m’en suis lassée. Ben oui, finir par manger du saumon encore & encore, ça me donnait un profond sentiment de répétition. Mais là, ce n’est que personnel.
En réalité, le fait de diminuer ma consommation de viande de manière drastique (puisque j’ai finalement tout arrêté) a été un formidable déclic pour réaliser à quel point le manque est quelque chose relatif. Et vers la fin, alors que les rares fois où j’en mangeais était essentiellement du saumon/du poulet, j’ai compris qu’avec le temps, je m’en détacherai (je trouve ça même ridicule tout le côté incroyablement solennel que j’utilise présentement pour parler de VOLAILLE et de POISSON).
A cela, s’ajoute qu’entrer dans une telle démarche implique également souvent une démarche “politique” : on s’informe plus, on regarde plus souvent des reportages, on a tendance à s’informer plus régulièrement sur ces sujets.. c’est bête mais effectivement, ça joue à prendre du recul, à nous sensibiliser à notre tour.
Aujourd’hui, je peux le dire tout à fait honnêtement : le poulet et le saumon ne me manquent pas plus qu’un autre aliment. Et je fais effectivement partie des personnes végétariennes qui éprouvent un profond dégoût à voir de la chair animale crue, là où avant cela m’indifférait. Je ne peux pas vous dire spécialement pourquoi (sûrement l’odeur qu’on n’a plus l’habitude d’avoir sous le nez et qui semble subitement plus forte) mais c’est un fait.

Gare aux personnes souffrant de TCA ! 

Comme beaucoup (trop) de femmes, malheureusement, j’ai souffert de Troubles du Comportement Alimentaire durant mon adolescence. Même si j’estime désormais manger sans problème, je ne pense pas rester à l’abri d’une rechute (il suffit d’un passage à vide dans sa vie pour faire resurgir pleins de trucs moches, je ne vous l’apprends pas).
J’ai déjà lu pas mal de témoignages sur Twitter de personnes racontant avoir vécu l’enfer en devenant végétariennes alors qu’elles souffraient de TCA. Ce n’est pas étonnant : changer ses habitudes alimentaires ce n’est pas rien, surtout quand on a un rapport compliqué avec la nourriture. Il me semble qu’il est primordial d’en parler avec votre psychologue/nutritionniste/médecin si vous avez un suivi vis-à-vis de votre alimentation. Ce sont des personnes à même de vous aider à effectuer cette transition de la façon la plus saine.
Malheureusement, beaucoup de personnes continuent de faire face à leurs TCA sans pouvoir avoir de suivi. Je ne peux donc vous faire part que de ma propre expérience pour vous donner quelques pistes (et encore, tout ceci reste très personnel) :
  • ne pas changer d’alimentation si vous n’allez pas bien moralement : non, l’alimentation n’est pas “la clé” pour aller mieux et ne pourra pas vous faire oublier vos problèmes
  • effectivement, le végétarisme permet d’avoir une alimentation souvent plus “saine”, mais il ne faut pas pour autant se projeter dedans comme une solution miracle pour réussir à manger mieux si vous avez du mal à avoir une alimentation “stable”
  • d’ailleurs, je ne pense pas que vouloir devenir végétarien/ne pour perdre du poids soit une raison très saine.
Bien entendu, ici, je parle pour les personnes souffrant de TCA et pour qui la culpabilité de manger et l’obsession vis-à-vis la nourriture peuvent (re)surgir très facilement. Mais, je tiens à rappeler qu’avoir des TCA n’est pas une fatalité et que je ne suis pas en train de dire que devenir végétarien/nne est impossible quand on en souffre. Je pense juste qu’il est important d’apprendre à s’écouter et de savoir se demander comment on va et si on est dans une période “favorable” pour changer d’alimentation.
D’ailleurs, un autre point important serait aussi d’arrêter de croire en l’orthorexie. J’en ai déjà parlé dans un autre article mais je le remets ici : l’orthorexie (“l’obsession à manger sainement”) n’a jamais été prouvé scientifiquement ni validé médicalement. Cependant, s’il y a bien quelqu’un qui adore en parler et la promouvoir dans les médias, c’est est la multinationale Nestlé (ils en parlent d’ailleurs sur leur site). Je pense que vous n’êtes pas naïf/ve et que vous savez très bien pourquoi cela arrange une telle compagnie de vous faire penser qu’avoir une obsession dans le fait de manger sainement est possible : vu ce qu’ils aiment nous vendre, ce n’est pas compliqué à deviner.
Attention, je ne dis pas que si le fait de “manger plus sainement” devient une obsession pour vous, c’est un faux problème que vous auriez imaginé. Absolument pas ! Mais, cela n’est pas de l’orthorexie. Cela peut-être un Trouble du Comportement Alimentaire “non spécifié” comme on dit, ou encore de l’anorexie, ou autre. Cela veut dire que le problème est plus profond que le fait d’avoir voulu manger “sain”, cela veut dire que l’intérêt porté à votre alimentation prend une tournure qui pose problème car vous avez (peut-être) d’autres problèmes. Et dans ces cas-là, il est important d’en parler.

Pour le moment, il me semble avoir dit le nécessaire ! Dans un prochain article, je vous donnerai tout un tas de recettes végétar/liennes ultra simples et faciles à adopter qui raviront vos papilles. Ainsi que quelques bonnes alternatives pour remplacer la chair animale si le goût (ou la consistance, ce qui est sensiblement différent) vous manque !

Note : et je vous donnerai quelques conseils pour remplacer la chair animale par des produits végétaux afin de ne pas avoir de carences 🙂

  1. Groucha213

    16 août 2016 at 0 12 01 08018

    Hum… sans vouloir être chiant… la chair animale svp.

  2. Mabs

    16 août 2016 at 8 08 43 08438

    Merci pour le passage sur les TCA ! Ce point n'est quasiment jamais abordé dans les articles/vidéos Youtube qui parlent d'alimentation végé, et c'est vraiment dommage. Perso, j'ai essayé mais le fait de m'interdire certains aliments a relancé mes troubles puissance dix… Ce n'est pas l'envie qui manque mais je n'en ai tout simplement pas les capacités pour le moment ^^

  3. hadiya

    16 août 2016 at 9 09 02 08028

    J'hésitais à passer le pas de commencer à manger moins de viande et de produits animaux, mais cet article me donne plus confiance en moi pour commencer à la rentrée. Juste une question, si la viande te dégoute, ce n'est pas trop difficile “en société” ? (Par exemple quand tu es invitée à manger quelque part).
    Merci de ce témoignage et de ces conseils Buffy!

  4. Groucha213

    16 août 2016 at 9 09 16 08168

    Merci. Je n'ai rien contre les plaisirs de la chaire, mais ils sont plus académiques que gustatifs.

  5. Unknown

    16 août 2016 at 9 09 25 08258

    As-tu l'intention de devenir végétalienne ? Voire vegane ?

  6. Zorino

    16 août 2016 at 9 09 51 08518

    La plus grosse difficulté avec la viande, c'est qu'elle est toujours au cœur d'un repas. On constitue presque toujours son dîner autour d'elle. Féculents et légumes ne sont que des accompagnements.
    C'est là que se situe mon problème. Je suis un étudiant non végétarien ayant réduit drastiquement ma consommation de viande en l'espace de 2 ans, sans l'avoir réellement abandonnée. J'ai eu l'occasion de tester deux semaines sans viande pour me rendre compte de mon principal obstacle. C'est tout bête, mais tellement évident : Tout ce que je consomme provient de mes achats. Seulement, les supermarchés faciles et rapides d'accès ne proposent que très peu d'alternatives pour les végétariens. Presque pas de plats préparés, légumes peu divers, …

    C'est vraiment l'aspect commode que je regrette puisque la transition viande -> non viande demande un changement radical des habitudes d'achat. Et la question terrible “Qu'est-ce que je mange ce soir” est d'autant plus pénible. Choix bien plus limités qui aboutissent à des petits énervements familiaux.

    J'ignore si le fait d'habiter en centre-ville change la donne (Diversités en produits & magasins avec proximité), mais le fait d'être plutôt isolé en pleine campagne n'aide pas tellement.

    Autant j'ai une certaine satisfaction d'avoir adopté un comportement alimentaire plus éthique qu'avant, autant je me sens terriblement idiot d'être réellement bloqué dans ce confort de la viande qu'on me soumet sans cesse dans les rayons des magasins.

  7. Tanguy Mawloc

    16 août 2016 at 17 05 34 08348

    Je me rends compte que la façon dont je suis devenu végétarien est peut-être atypique, ou en tout cas est très différente de la tienne. Je me permets donc de partager mon vécu sur la question ici.
    Bon, déjà je suis végétarien depuis un peu plus de deux mois.
    A la base, je comptais faire un peu comme ce que tu dis là, y aller pas à pas pour m'habituer petit à petit au fait de ne plus manger de viande, étant donné que j'aimais beaucoup la viande (rouge surtout), je me voyais difficilement réussir à me passer du jour au lendemain de toute chair animale.
    Et puis bon, j'en ai parlé à quelques amis, et en fait, le fait qu'ils me considèrent tous directement comme étant végétarien m'a fait passer le pas (à la base, j'avais simplement dit y réfléchir sérieusement).
    Et finalement, j'ai arrêté, du jour au lendemain, toutes les viandes. Déjà parce que, comme je l'ai dit, tous me considéraient déjà comme végétarien, donc autant aller jusqu'au bout, et d'autre part parce que j'avais peur de ne pas réussir à me limiter. Je suis nettement moins organisé que toi, et j'avais peur de faire trop d'écart en me disant que “c'était pas très grave” et de jamais vraiment arrêter la viande. Du coup, en arrêtant tout d'un coup, j'avais plus le choix, plus de tolérance vis à vis de ça, je n'avais pas le droit au moindre écart. Et même si les premières semaines j'avais souvent envie de manger de la viande, j'arrivais facilement à calmer ces envies qui tenaient sans doute plus du réflexe qu'autre chose. C'est maintenant assez rare que j'ai envie de viande, et dans tous les cas, la simple vue, voire même la simple pensée de la chair suffit à me faire totalement passer l'envie.

    Du coup, je pense que la méthode que tu préconises est meilleure dans la plupart des cas, mais en fin de compte, il faut là-aussi se connaitre. Je pourrais jamais dire si arrêter la viande petit à petit aurait suffit, mais c'est passé comme ça, et j'ai pas vraiment de regret de ne plus manger de viande.
    Après, comme j'ai jamais souffert de TCA, je suppose que c'est plus simple de changer brutalement de régime, donc bon…

    D'ailleurs pour le coup je tiens à te remercier, toi, Laurine Sassano et deux amies, parce que je me suis rendu compte que de voir des personnes devenir végétariennes m'a beaucoup aidé à prendre ma décision :

  8. Buffy Mars

    17 août 2016 at 9 09 14 08148

    hello Hadiya, même si ça me dégoûte j'arrive à le supporter :). (sauf quand l'odeur est vraiment ultra fooorte mais bon, ça reste rare)

  9. Buffy Mars

    17 août 2016 at 9 09 16 08168

    Hello je comprends 🙂
    En fait ça demande de se préparer à manger soi-même tout simplement. C'est réapprendre à prendre le temps de faire à manger. Par exemple, acheter des plats tout préparés me semblent complètement inimaginables parce que de base je trouve ça pas bon du tout (en termes d'apports nutritionnels et de goûts aussi).
    Mais je ferai un article avec quelques plats sains et de bonnes alternatives. On peut très vite faire beaucoup de choses variées avec peu !

  10. Buffy Mars

    17 août 2016 at 9 09 16 08168

    Merci Tanguy 🙂 c'est super intéressant !

  11. mad meg

    18 août 2016 at 13 01 22 08228

    Merci pour tes conseils Buffy Mars. J'ai découvert ton blog aujourd'hui avec plaisir.
    Comme Tanguy je suis devenu végétarienne d'un coup. J'ai longtemps eu une alimentation très carnée avec la viande comme “centre” ou élément principal du repas. Et en plus je n'aime pas beaucoup de légumes et je n'aime pas non plus cuisiner. J'avais fait une première tentative pour devenir végétarienne, mais à l'époque j'étais en couple et mon compagnon ne voulait pas arrêter la viande, alors j'ai mangé pendant 2 semaine un œuf au plat et lui son steak et je me suis vite lassé. Et puis 2 ans plus tard nous nous sommes séparés et j'ai refait une tentative de végétarisme et cette fois ca c'est bien passé.

    Je pensait que ca serais difficile mais en fait c'est venu avec une facilité qui m'a étonnée. Au début j'ai pris des sorte de pseudo-steak végétaux qu'on trouve sous vide dans les grandes surfaces. C'etait pas mauvais, simple a cuisiné et pas mal comme transition. Mais c'est un peu cher alors progressivement je me suis mise à me faire des plats sympas et j'ai abandonné des pseudo-steaks. Le fromage et les oeufs ont pris une grande place dans mon alimentation, mais j'ai varié les plaisirs et évité les oeufs aux plats que je n'apprécie pas tellement en plus. J'ai découvert aussi que certains légumes que je n'aimait pas avant sont devenu agréables à manger. Mais les brocolis c'est toujours pas possible, donc les goûts ne changent pas non plus fondamentalement. Un truc simple que je fait souvent c'est avec un reste de féculent (patates, quinoa, riz, semoule) je casse un oeuf, un peu de fromage rapé, des épices selon mon envie et je fait des boulettes ou des galettes passées à la poêle ou dans le gaufrier.

    (je met mon message en deux parties car je suis trop bavarde, j'espère que ca ne pose pas de problème)

  12. mad meg

    18 août 2016 at 13 01 22 08228

    (suite et fin)
    J'ai souvent des carances en fer et magnesium surtout au moment de mes règles. En générale je me rend compte que je vais avoir mes règles quant je rêve de rognons et de foie de veau. Du temps ou je mangeais de la viande c'etait pas compliqué, j'allais me chercher une tranche de foie et ca allais mieux et je pouvais rêver de trucs sans morceaux de viande au milieu. Mais il se trouve que une fois devenu végé, je rêvais toujours de foie de veau tous les 28 jours environ. Ce qui me faisait craindre de perdre ma motivation et je ne voyais pas comment être végétarienne menstruocarniste… Une copine m'a alors parlé des pois chiches et de l'hoummous. Je me suis mise alors à mangé une bonne dose d'hoummous et j'ai plus rêvé de viande depuis. L'houmous c'est pas compliqué à faire si on a un robot mixeur, sinon c'est pas cher et on commence à trouvé des assaisonnement variés plus sympas (à la coriandre, à l'harissa, à l'ail…). Bref je recommande.

    Il m'est arrivé une ou deux fois (depuis un an que je suis végé) de mangé de la viande lorsque j'étais invité chez des personnes qui ne savaient pas encore que j'avais changé mes pratiques alimentaires et j'ai eu du mal à la digéré (c'est comme ca que je me suis rendu compte que ma flore intestinale avait changé très rapidement). Et puis je me suis rendu compte que l'odeur de chaire qui cuit est devenu infecte à mon odorat. Avant il n'y avait que l'odeur de cuisson de poissons qui me dégoutaient en particulier le thon cuit qui m'a toujours rendu malade, mais aujourd'hui toute forme de viande cuite m'est devenue déplaisante. Et du coup ca ne me manque plus du tout de mangé de la viande.

    Il y a une seul “faute” que je commet encore c'est avec certains condiments, en particulier le “nioc nam” qui est un jus de fermentation d'anchois et dont je peu pas me passé pour certaines recettes. Mais je ne cherche pas à être “pure” ou “parfaite” et par rapport à tous ces fois de veau que je me suis envoyé, trois gouttes de jus d'anchois dans mon pad thai ca me semble possible selon mes critères perso.

    Au final devenir végétarienne était bien plus facile que je l'imaginais. Mais je signale que je n'ai pas de problèmes de TCA et que c'est pas parce que j'ai trouvé ca facile que ca l'est pour d'autres.
    Merci de m'avoir lu et bonne fin de journée.

  13. fanfan-de-saint-denis.over-blog.com

    19 août 2016 at 8 08 15 08158

    J'ai 66 ans et je ne mange plus de viande. Encore un peu de laitage sous forme de yaourths et du fromage mais je vais rayer tout ça rapidement ! J'y suis allée progressivement et honnêtement je ne m'en porte pas plus mal.

  14. Buffy Mars

    21 août 2016 at 10 10 06 08068

    Hello Meg, merci d'avoir laissé un commentaire avec ton expérience à ce sujet ! C'était vachement instructif 🙂 merci beaucoup 😀

  15. Anonyme

    6 septembre 2016 at 19 07 38 09389

    Super article et super soigné, hâte des prochains! Même si je suis vegan car désormais anti spéciste et que ça s'est fait du jour au lendemain le jour où j'ai réalisé la violence de cette “”discrimination”” ^^ (enfin dans le sens, pourquoi exploiter la chair et les ressources d'une vache, une chèvre, une poule, une abeille alors que j'ai beaucoup de respect pour les chiens et les chats quoi! et qu'en plus en Chine c'est pas trop le cas donc plus question de culture que de “””””nature”””””” :p).

    Mais je ne vais pas te mentir, avant j'etais plus ou moins sensibilisée à la cause (peu informée surtout, c'est affligeant comme on est peu éduqué là-dessus) et je reflechissais comme toi (reduire petit à petit puis revenir à un mode normal, puis vasciller entre les envies etc donc allez au final on va dire que ça m'aura pris 6 mois haha^^)

    Enfin bref le vegetarisme est quand même d'après moi un pas respectable et encourageable donc bravo à toi! (même si, pour les raisons de mon veganisme, d'après moi la “finalité” c'est être vegan, mais bref :p)

    Si ce n'est pas trop indiscret, quelles sont les raisons qui t'ont motivée à adopter cette alimentation?
    Bisous !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :