Cacher ce corps que je ne saurais voir

Dernièrement, la fabuleuse actrice Caitlin Stasey a ouvert son site « Herself » où elle propose à des femmes de poser nue pour son site, le tout accompagné de quelques questions sur ce qu’elles pensent de leur corps, de leur statut de femme et de la société dans laquelle elles vivent. Il y a bien évidemment quelques remarques à faire à l’égard du site mais j’ai trouvé que pour un début, l’ensemble restait très prometteur. A cela, j’ai lu dernièrement cet article sur Madmoizelle, qui raconte l’histoire d’Emma Holden qui a vu ses photos nues être répandues partout sur le net par un ex particulièrement rancunier (et connard, aussi)… Face à cette véritable humiliation, cette surexposition de son corps sans consentement particulièrement traumatisante et dégradante, la jeune femme a par la suite décidé de poser nue de manière consentante afin de pouvoir se réapproprier son corps.

J’ai été particulièrement charmée par les deux entreprises menées, mais j’ai bien dû me rendre à l’évidence : l’enthousiasme n’a pas forcément pris… mais surtout, le projet n’a pas été compris. D’ailleurs, une remarque est souvent revenue. Une remarque qui pourrait sembler pertinente mais qui ne l’est pas, et qui montre à quel point les gens ont du mal à prendre conscience du manque de pouvoir que les femmes ont au sein de la société et surtout, rien que sur elles-mêmes. Des questions sont souvent apparues, des questions particulièrement agaçantes et qui me font grincer des dents, je le dis sans ménagement : « Pourquoi ont-elles besoin de poser nue ? Enfin, pourquoi est-ce qu’elles dévoilent leur intimité ? Où est l’utilité ? Pourquoi surexposent-elles elles-mêmes leurs corps ? Ne veulent-elles pas être écoutées pour leurs idées plutôt que pour leur physique ? »

Des questions incroyablement récurrentes et qui ne semblent même pas poser problème à ce qui les posent. Sans étonnement, j’ai vu beaucoup d’hommes (pas que, mais beaucoup) encourager ces propos là ou du moins les valider. Et la pensée qui en ressortait pouvait être résumée de cette manière (en très grossier mais bon, je ne suis pas non plus crédule et je vois bien où ils veulent tous en venir, depuis le temps) : « poser nue ça fait pute, donc pourquoi tu fais ta pute si t’es féministe han han ? » Oui, très sincèrement, on peut résumer cette pensée de cette manière. Je vous assure, même avec tous les ronds de jambe possibles, vos sous-entendus, on les capte à des kilomètres.

Déjà, revenons sur la volonté de Caitlin Stasey, des femmes ayant posé pour son site ainsi que d’Emma Holden : s’accepter mais aussi, reprendre le pouvoir. Dans le vocabulaire militant, on parle « d’empowerment ». Pour faire les choses simples, je vais vous donner la définition Wikipedia, parce qu’elle reste claire et facile à comprendre : L’empowerment est l’octroi de plus de pouvoir aux individus ou aux groupes pour agir sur les conditions sociales, économiques, politiques ou écologiques qu’ils subissent.

Traduction : un groupe de dominant a plus de pouvoirs que les minorités (: les dominés), et il faut reprendre ce pouvoir pour pouvoir le distribuer plus équitablement afin que tout le monde puisse vivre de manière égale. Bien évidemment, vous entendrez beaucoup de gens de la classe dominante vous dire que non, ils n’ont pas de pouvoirs tellement ils sont aveuglés par leur statut de privilégiés. On est tous d’accord, une petite élite très éloignée des réalités nous gouverne et continue d’encourager les inégalités en profitant largement de leur pouvoir. Néanmoins, même s’il est important de déconstruire cette élite, il est également important de pointer du doigt certains individus qui sont privilégiés au quotidien, sans même en faire partie. Si vous êtes un homme (dans le sens d’être un mââââle), cisgenre (c’est-à-dire qu’en tant qu’homme vous suivez plus ou moins tous les codes attribués à votre genre), hétérosexuel, que vous êtes valide (non handicapé) et que vous êtes blanc.. très sincèrement, vous n’êtes pas le plus à plaindre. Oui, sans aucun doute, vous êtes également victime du système économique actuel. Mais il faut aussi dire les choses telles qu’elles sont : ce système économique vous privilégiera largement plus que tous ceux qui ne sont pas des hommes blancs cisgenres hétéros valides. Ajoutons en plus que dans la vie de tous les jours, vous ne vivez pas des discriminations ou des violences (aussi bien physiques que symboliques) qu’on peut vivre de manière bien plus récurrentes quand on est une femme, qu’on est homosexuel(le), qu’on est transgenre, qu’on est non-blanc(he) et qu’on est invalide (maintenant, je vous laisse vous rappeler que certaines personnes sont plusieurs de ces éléments en même temps, imaginez deux minutes toutes les discriminations qu’elles subissent constamment).

D’ailleurs, certains vous diront que vouloir reprendre le pouvoir en tant que féministe, c’est vouloir dominer, ce qui est totalement faux (et idiot). Déjà à cause d’un argument très simple : ceci est impossible. C’est un peu comme quand on vous dit que les militants noirs antiracistes aux Etats-Unis veulent dominer les blancs en cherchant à reprendre le pouvoir. Se permettre de dire ça, c’est donc avancer l’idée que la colonisation, que l’esclavage subi par les Noirs il y a des siècles n’a actuellement plus aucune influence sur notre perception de cette minorité. Alors qu’il suffit d’avoir lu l’actu avec Ferguson (pour prendre un exemple flagrant), de voir la manière dont cette minorité est jugée ou caricaturée pour comprendre que des siècles de violence ne peuvent pas s’effacer aussi rapidement, hélas. C’est également pareil pour le sexisme. Peu importe que les femmes puissent désormais avoir le droit de vote et autres joyeusetés, vous ne pouvez décemment pas croire qu’après des millénaires à être traitées très souvent comme des objets (et encore, je suis gentille), tout cela est du passé, et que si elles ont envie de prendre le pouvoir, c’est pour créer une société où elles domineraient les hommes. Oui, les femmes ont le droit de vote en France depuis 1944. En attendant, n’oubliez pas que les hommes l’ont eu bien avant (premièrement) et qu’en plus, même avant l’instauration du droit de vote, de la démocratie et tout le blabla, ils étaient à la plupart des postes de dirigeants… ce qui est encore le cas, puisqu’on ne peut se débarrasser de siècles de domination grâce à quelques lois (même si symboliquement & légalement, elles restent importantes et marquent des tournants, oui). Pour reprendre l’exemple de l’esclavage, c’est pareil : il a été aboli aux Etats-Unis en  1865, c’est-à-dire il y a 150 ans. Vous pouvez penser que c’est énorme 150 ans (et oui, dans un sens ça l’est, et il y a eu de nettes améliorations) mais en attendant, à côté, l’esclavage a duré de loooongs siècles. Croire que cela n’a pas laissé quelques relents est limite une hérésie, ou de la mauvaise foi. Ne parlons même pas de la colonisation, qui s’est arrêté que récemment. Bon, je m’arrête à là sur le racisme et le féminisme parce que niveau comparaison, on a fait mieux.

Donc, non : quand une féministe demande à prendre du pouvoir, elle ne demande pas à dominer. Ce n’est pas parce que les hommes se sont accaparés le pouvoir en l’instrumentalisant afin d’en faire une domination que les minorités désirent employer la même stratégie. Mais nous avons besoin de reprendre le pouvoir à ceux qui en ont, oui. Nous ne voulons pas le leur voler entièrement ni les déposséder totalement de ce qu’ils ont : nous voulons juste un partage équitable et plus honnête et nous avons tout à fait le droit de le demander (mais comme demander ne suffit pas, bah faut insister). Et croire qu’il est possible d’avoir du pouvoir sans le reprendre aux dominants mais en essayant juste tant bien que mal de se hisser à leur niveau tandis qu’ils restent possesseurs de leurs privilèges est là encore, une belle idiotie (nan mais vous avez vu jouer ça où vous ??)

Et pour Caitlin Stasey ainsi qu’Emma Holden, les deux initiatrices de ces projets, reprendre le pouvoir passe par reprendre le contrôle de leur corps. J’entends tout à fait l’argument qui vient : oui, vous pouvez être maître de votre corps, être libre, sans avoir besoin de vous foutre à poil, je vous le rassure. Mais Caitlin ainsi qu’Emma sont ici dans une action clairement militante.

Caitlin Stasey s’est faite lyncher à maintes reprises sur la toile par des mecs à la virilité décomplexée (pour rester subtile dans mon propos) après avoir posté des photos d’elle poitrine nue. Elle s’est fait harceler, menacer, insulter de toute part et de tous les noms. Ces propos particulièrement violents revenaient toujours aux mêmes sujets : qu’elle était une traînée (là encore, je vous donne une traduction « light ») parce qu’elle osait montrer sa nudité et qu’elle ne faisait ça que pour se faire remarquer et booster sa carrière (notez que quand une star masculine pose torse nu, aucune de “ces remarques” n’est avancée).

Pourtant, Caitlin Stasey n’avait rien fait d’autre que montrer sa poitrine et ce dans une démarche tout à fait symbolique : parce que Twitter (et plein d’autres sites) censure les photos de seins de femmes là où les hommes peuvent poser torse nu sans problème. Et c’est injuste, oui. C’est injuste car dans notre société occidentale actuelle (pas seulement mais je tiens à souligner que ce n’est pas forcément ainsi partout), la poitrine féminine est extrêmement sacralisée, érotisée et sexualisée (ne parlons même pas des tétons – et je vous invite à lire cet article où on ne sait pas si on doit rire ou pleurer).

Pourtant, le but premier de notre divine poitrine (leul) n’est absolument pas sexuelle et ceux qui se permettent de vous dire que c’est un organe sexuel font un terrible amalgame. Un organe sexuel est un organe reproducteur. La poitrine n’en n’est pas un. Et ce n’est pas parce qu’elle va réveiller l’organe sexuel que les messieurs ont entre les jambes que cela change sa définition pour autant, désolée ! Non, le premier rôle des seins est de nourrir les marmots quand ils naissent, point barre. Tout ce qui vient ensuite est du « bonus » et leur hyper sexualisation est le résultat d’une société qui a incroyablement contrôlé le corps des femmes pendant des siècles, en les accusant d’être des femmes vénales cherchant à séduire le premier venu, en les illustrant comme des animaux que l’on peut traquer à sa guise (là encore, il suffit de voir ce qu’une femme vit dans la rue pour se rendre compte qu’elle est la proie, et l’homme le prédateur)

A cause de ce sexisme ambiant toujours profondément ancré dans notre société, les femmes n’ont pas les mêmes privilèges. Et oui, pouvoir être torse nu sur la toile sans se faire harceler ou insulter, sans être considérée comme une traînée (enfin, toutes les femmes savent qu’il en faut BIEN MOINS pour subir toutes ces choses, de toute manière), en est un. De plus en plus de gens en parlent, d’ailleurs : il y aurait donc deux types de tétons, au fond. Les tétons masculins qui sont acceptés et pas censurés, et les tétons féminins, qui de leur côté, sont diabolisés et invisibilisés. Et les politiques des réseaux sociaux encouragent cette différenciation en continuant de restreindre la liberté de notre corps à nous, les femmes.

Caitlin Stasey l’a parfaitement bien compris et a raison de faire ce qu’elle fait. Parce que le corps féminin est aussi neutre, aussi banal et devrait être aussi peu sexualisé et érotisé que celui de l’homme. Oui il est beau, oui nous devons l’aimer et en être fier (même si là encore les médias sont beaucoup moins cléments avec le physique féminin que masculin). Mais la société a encouragé le fait que le corps féminin était prisonnier et que la femme ne le possédait pas totalement en lui apprenant elle-même à « l’auto-censurer ». Qui n’a déjà pas fait un jogging en plein été et vu des hommes courir torse nu pendant qu’elles, n’osaient même pas n’arborer qu’une simple brassière ? Qui n’a pas déjà pris les transports en commun en pleine canicule et vu des hommes déboutonner leur chemise jusqu’au nombril pendant que nous, nous restions sagement à mourir de chaud, ne pouvons faire la même chose ? Qui n’a pas déjà vu un type retirer nonchalamment son débardeur en pleine terrasse ? Qui n’a pas déjà vu des mecs marcher dans la rue torse nu comme s’ils se croyaient à la plage quand il fait 30° ? Et qui est-ce qui est constamment torse nu à la plage ? Oui, voilà.

Et pourtant, ils ne sont pas ceux qui sont agressés ou harcelés. Personne ne les insulte. Personne ne les regarde mal. Personne n’est choqué. Tout le monde trouve ça normal pendant que nous, l’idée ne nous traverse même pas à l’esprit. Et nous n’avons pas du tout envie de retirer cette liberté aux hommes, de leur demander de porter des cache tétons ou je ne sais quelle connerie. Mais nous avons le droit d’avoir le droit de faire pareil, de pouvoir faire ce choix. Parce que la question est tellement simple : pourquoi, moi aussi, ne pourrai-je pas avoir le droit, tout simplement ? Il n’est pas question de forcer toutes les femmes à faire du topless quand elles bronzeront sur la plage cet été, non. Personne ne force quiconque à faire quoi que ce soit et à inciter les gens à sortir de leur zone de confort. Mais il y a actuellement des femmes comme Caitlin, qui ont l’audace de prendre leur courage à deux mains et de le faire. Et elles sont les premières à dire qu’elles ont peur, qu’elles se sont prises des remarques horribles, qu’elles ont eu honte, qu’elles ont douté, que c’était dur. Mais elles l’ont fait. Parce que c’est important. Parce qu’il le fallait. Et si nous n’avons pas forcément le même cran, nous ne devons pas nous blâmer mais nous ne pouvons sincèrement pas se permettre de les critiquer ou de les rabaisser. Nous devons les soutenir et les encourager dans leur entreprise.

Ne soyons pas hypocrites. La libération du corps de la femme ne passe pas que par des longs textes éloquents et par la théorisation de ce concept. Bien évidemment, il passe par l’aspect intellectuel de la chose. Mais pas seulement. Il faut également un côté plus « pratique », plus concret et qui peut aussi faire parler de lui. J’ai un certain agacement à lire « pourquoi ne veut-elle pas être remarquée par ce qu’elle a dans sa tête plutôt que par son physique ? » Cette question démontre tout le problème de la société dans laquelle où nous vivons, où même lorsqu’une militante connue pour ses positions féministes va se mettre nue, on fait immédiatement un raccourci « elle pose nue = elle veut se faire remarquer (et d’une manière négative, selon certain) ». Déjà, Caitlin Stasey n’encense non pas son physique mais son corps de femme, ce qui est une nuance certes subtile mais qui est capitale à comprendre, sinon on passe totalement à côté de tout son projet. Elle essaie de revaloriser le corps de la femme, d’en montrer sa beauté et sa liberté. Ensuite, Caitlin Stasey ne poste pas que des photos mais publie avec des questions auxquelles ses modèles ont répondu.

Si vous avez juste envie d’aller sur le site de Caitlin pour mater de la meuf à oilpé et voir des nibards à l’air, tant pis pour vous. Si vous ne voulez prendre que cet élément de tout son projet et ne pas prendre la peine de lire ce que ses femmes ont à dire, ça montre bien que Caitlin a raison : vous n’avez aucun intérêt pour ce que ces femmes ont à dire et ce qui vous intéresse reste quand même assez… superficiel. Certains diront « ah bah oui, ça montre bien que les hommes sont pas prêts à écouter une femme tant qu’ils verront des clichés d’elle nue » et qu’il faut donc s’adapter à leur comportement. Ce à quoi Caitlin répondrait très justement qu’elle n’a pas à s’adapter au bon vouloir des hommes qui n’arrivent pas à comprendre l’importance d’un projet dès qu’il y a de la nudité et que si ces types-là ne peuvent pas faire d’efforts, alors elle se focalisera sur ceux qui ont de la jugeotte et poursuivra le combat à leur côté.  Parce qu’elle a raison Caitlin : il y a bien assez d’hommes alliés au féminisme pour ne pas perdre son temps à se prendre la tête avec ceux qui ne font pas d’efforts. Le projet de Caitlin a un message fort : l’émancipation de la femme se fait par ses idées ET par son corps. Cela ne va pas sans l’autre. Elle a besoin de s’émanciper dans ces DEUX domaines et c’est urgent. C’est cette symbiose qu’elle a essayé de recréer sur son site. La femme n’est pas un corps OU un cerveau. Elle est les deux. Elle vit des discriminations sur les deux. Si vous décidez de faire un choix sur ce qui prévaut chez une femme, alors vous ne l’acceptez pas dans son entièreté. Et c’est là tout le problème.

Arrêtons la mauvaise foi deux minutes. Oui le corps des femmes est un instrument politique, cessons de se mentir. Regardons comment certaines femmes sont obligées de s’habiller dans certains pays à cause de certaines lois qui sont imposées et que les hommes ne subissent pas. Regardons même comment les femmes revoient leur manière de s’habiller dans des pays n’imposant rien juste parce qu’elles ont peur.

Plus simplement, regardons l’avortement. L’avortement fait partie des pratiques médicales les plus sévèrement encadrées qui existent. C’est un droit incroyablement fort pour les femmes qu’il est important de toujours défendre tant il est fragile (et ce partout dans le monde). Il n’est pas acquis, en France l’avortement reste bien plus difficile d’accès qu’on ne le croit. Dans le reste de l’Europe, la situation n’est pas forcément plus joyeuse :

on a bien vu ce qui s’est passé en Espagne, et la politique horrible que l’Irlande a à ce sujet. Aux Etats-Unis, certaines lois proposées par les conservateurs américains sont tout bonnement effrayantes.

Si certaines politiciennes américaines commencent à se demander si toutes les lois qui ont attrait aux corps des femmes ne devraient pas être votées QUE par des femmes, c’est pour une bonne raison. Il n’est pas bien difficile de remarquer qui est-ce qui empêche le progrès et des avancées au niveau de leur liberté. On peut juger ce choix trop extrême, je le comprends totalement et je suis même d’accord. Mais il y a un moment, il faut se demander où se cache réellement la violence et « l’extrême », justement. Si c’est chez les femmes et ce qu’elles demandent ou dans le patriarcat qui continue encore et encore de limiter leurs libertés, ne permettant qu’une avancée très lente souvent sous la menace d’un retour en arrière très probable.

Quand la Norvège (il me semble, mais je ne retrouve plus l’article) instaure une loi qui permet qu’une femme enceinte puisse décider jusqu’à la fin de sa grossesse si le père de son enfant est bien le père, ce n’est pas pour rien. Oui, qu’elle puisse choisir sans le moindre motif de rayer son statut de père est incroyablement violent et personnellement, je ne souhaite qu’on n’en n’arrive jamais à un tel choix en France. Non pas parce que je trouve ça « trop féministe », mais parce que cela voudrait dire qu’on aurait tout simplement perdu foi en les hommes. Mais, quand la Norvège décide de permettre ce choix tellement radical c’est parce qu’elle se rend compte que les femmes vivent beaucoup trop de violences à cause de leurs compagnons masculins, que rien ne change (hormis avec une refonte radical du système –ce qui serait bien oui- qui demanderait du temps et de l’argent) et qu’il faut donc passer à des mesures radicales pour le propre bien de ces femmes.

Il y a un moment où je pense qu’il faut se réveiller et comprendre tout ce qu’implique le corps d’une femme, son Histoire, tout ce qui se cache et tout ce qu’elle subit rien que par le fait d’être une femme.  Comme l’avait fait remarquer un artiste sur Twitter (dont j’ai oublié le nom –je retweete beaucoup trop de choses de toute manière-) : il est sidérant de voir les hommes insulter des femmes posant nues sur Internet alors qu’on n’a même pas besoin de voir leur historique pour savoir sur quels sites ils se rendent régulièrement.  Traduction : se permettre d’insulter ou d’harceler une femme qui pose nue parce qu’elle en a envie sans chercher l’approbation masculine, c’est un peu fort de café, quand on sait qu’ils sont les premiers à consommer du porno. Mais cette citation va plus loin. Avec beaucoup de subtilité, une remarque très intéressante y est faite : lorsque tu vas sur un site où les femmes nues le sont POUR TOI, pour être à TA disposition, cela ne te  dérange pas. C’est à partir du moment où cela dépasse ce cadre, que la femme le fait pour ELLE, que les remarques violentes commencent à fuser. Intéressant, non ?

Dans cet article, je n’ai pas eu envie de m’attarder sur les Femen (parce que je me fiche de leurs techniques de militantisme, je ne peux tout simplement pas blairer leurs idées donc je n’ai même pas envie d’en parler) ni des pop star. Dans ce deuxième cas, c’est que je déteste cette généralité où on met les pop star, les femmes qui se dénudent et les actrices pornos (là encore, un vaste sujet cette 3e catégorie), dans le même panier. Le monde de la musique pop est un univers compliqué. Il y a d’un côté des pop stars qui suivent ce qu’on leur dit de faire et d’autres qui ont décidé par choix d’agir comme elles le font (par goût de la provoc’ ou parce qu’elles sont dans la même idéologie que Caitlin Stasey). Bref, la frontière est compliquée, notamment dans un secteur qui reste énormément dirigé par les hommes… qui peuvent, effectivement, imposés certaines idées pour aider à vendre. Néanmoins, on ne peut pas résumer toutes les pop stars à des excentriques qui cherchent juste à choquer et à faire parler d’elles. Il y a un moment où il faut aussi se demander : pourquoi est-ce que les voir dénudées choquent autant quand « Good Girl » de Robin Thicke fait un carton phénoménal (alors qu’aussi bien au niveau du clip que des paroles, on est clairement en pleine culture du viol). Pour moi, une seule question est à se poser : deux poids deux mesures, non ?

  1. Virginie R.

    8 octobre 2015 at 9 09 48 104810

    Excellent article ! On voit que tu as pris le temps (enfin je crois) car il est très très bien structuré. Je regrette quand même que la dernière partie ne soit pas un peu plus longue, peut être un article entier à ce sujet ?

    Je lis ton blog depuis plusieurs mois, un vrai plaisir, cependant, je trouve l'écriture vraiment petite ce qui gêne un peu la lecture je trouve. As tu déjà pensé à augmenter la taille des caractère ou que l'on puisse cliquer sur l'article et le voir ainsi en plus gros ? ça faciliterait un peu la vie je l'avoue.

    Bonne soirée

  2. Buffy Mars

    8 octobre 2015 at 9 09 48 104810

    merci beaucoup pour ton message! Effectivement, je pense faire un article prochainement sur ces sujets (enfin je pense que faire un article pour chaque sera le plus pertinent), mais cela va mettre un peu de temps car j'aime bien “potasser” avant d'écrire

    Tu n'es pas la première à me dire que la police est un peu trop petite. Je pense que ça dépend de la taille de l'écran car chez moi ça ne me gêne pas mais en tout cas voilààà j'ai agrandi 😉

  3. Anonyme

    8 octobre 2015 at 9 09 48 104810

    Salut! intéressant article, même si moi, qui ne suis pas féministe (ni l'inverse, hein!) j'avais envie de dire “mais non, c'est pas pareil une femme qui montre ses seins et un homme, tout simplement parce que toi, les tétons d'un mec, tu t'en fous, tu n'as pas une érection en voyant les tétons d'un mec, ça n'est pour ainsi dire pas un organe sexuel… Alors que l'inverse est vrai. C'est comme ça on est différents….

  4. Buffy Mars

    8 octobre 2015 at 9 09 49 104910

    Nous sommes différents sur certains points, oui :). mais il n'empêche que la différence ne légitime pas le fait d'oppresser le corps des femmes 🙂

  5. Anonyme

    7 mars 2016 at 20 08 54 03543

    Coucou !
    Je découvre peu à peu ce que tu fais depuis “On vaut mieux que ça”, et c'est vraiment cool 🙂
    Par contre je crois que le début du dernier paragraphe est en double, ça perturbe ^^

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :